0

Sommes-nous tous des gens créatifs? Oui, car sans créativité l’être humain ne peut être opérationnel, fonctionnel et même assurer sa survie. La créativité n’est pas l’adage des artistes, des scientifiques ou de quelques personnes. La créativité touche l’essence même de la vie et non limitatif à l’expression, la réalisation, la concrétisation concrète d’un objet ou un service ou une théorie.


« Être créatif signifie se libérer des conditionnements collectifs et explorer la vraie réalité de notre existence. » voilà une définition de l’être créatif selon Rick Jarow. Je serais même porter à ajouter qu’être créatif émane de la pulsion de vivre, de se réaliser par ce que l’être humain est. Cette pulsion qui peut être viscérale chez des personnes répondra à ce besoin d’être, ce sentiment d’être incapable de se bouter à l’adversité, à l’impossible.

Un être créatif est une personne très consciente du moment présent, de l’instant présent. Elle ne répondra pas qu’aux problèmes et à en trouver des solutions. Elle créera le nouveau à partir ce qui existe en elle en rapport à son environnement pour aller plus loin que le fait de répondre aux besoins minimaux et même de survie.

La créativité est le fondement d’une vision. Un être visionnaire est un être créatif. Il ne cherche pas â maintenir ce qui est connu, à ce qui existe pour se sécuriser. Il est tenté de basculer le connu, de sortir des sentiers battus, d’aller plus loin que simplement trouver les solutions aux problèmes. Il sort de la conformité, car trop souvent nous avons été éduqués à découvrir des solutions qui doivent répondre à des normes, à un cadre connu.

Le plus grand obstacle à la créativité n’est pas votre environnement, vos conditions de vie. Le plus grand obstacle réside en vous et dans les choix que vous prenez. Ces choix sont trop souvent conditionnés par votre passé, votre cadre d’existence.

La créativité exige un dépassement du connu, de votre soi. La créativité demande l’engagement envers soi avant tout. Elle est bien plus libératrice et remplie de satisfactions heureuses lorsque vous vous accordez la permission de l’exprimer. L’instinct créatif va reposer sur l’émotion soudaine tandis que la réalisation créatrice provient d’un besoin de réalisation de soi. Elle n’arrive pas du ciel et elle n’est, surtout, pas exclusive à un groupe de personnes, bien au contraire.

La créativité naît en toute personne qui sait se mettre dans une pensée neuve, sans vouloir répondre aux exigences connues. La créativité appartient à ceux qui s’appartiennent tout en désirant de se donner les moyens d’exprimer leur créativité pour un bien être personnel, un ressenti de vivre de ce qu’ils sont.

Yves Beaudry
www.autempspresent.ca

Auteur : Yves Beaudry est auteur, conférencier, formateur orienté sur la réalisation de soi et sur le développement d’un leadership créatif et visionnaire. Il y consacre son temps, ses énergies dans une quête permanente à la créativité de son être dans l’ici et maintenant. www.autempspresent.ca

Lire la suite

0

Pour être aligné sur sa passion, il faut avant tout la reconnaître, être en mesure de l’identifier. Ce processus de reconnaissance découle de plusieurs observations sous différents volets de votre vie et de ce que vous êtes.

La trame de base de l’observation repose sur le ressenti, ce que vous avez déjà ressenti? Ce que vous ressentez en ce moment? Il est reconnu que votre passion principale ou vos passions plus élargies se dont déjà manifestées à deux stades de votre vie. Le premier stade correspondant à votre enfance, de 6 à 10 ans tandis que le seconde stade se situe à votre adolescence. Ces stades sont très significatifs sur votre alignement envers votre profonde passion.


Le premier stade représente la pure expression de ce que vous êtes. Ne disons nous pas que l’enfant est un être pure, authentique. Pourquoi? Parce que l’enfant avant 10 ans n’a pas été sous l’influence du conditionnement familial, social, éducationnel déviant sur ce qu’il désire faire, sur sa propre expression d’être et de penser. Il se laisse guider et ses principaux guides ne désirent que son bien et faire tout en leur possible afin que cet enfant se réalise à son plein potentiel. C’est l’initiation aux normes, à la discipline sociale à ce stade de la vie, tout en respectant chez l’enfant ses écarts de conduire, de pensées. Par contre, si l’influence d’encadrement est très stricte, l’enfant par soumission ou par respect à l’autorité ou par le désir de ne pas déplaire tentera de répondre aux attentes de ses guides à défaut de répondre à ses élans d’être, à ses passions bien naturelles en lui.

Le deuxième stade, celui de l’adolescence, qui ouvre les portes sur le monde, sur l’identification à des modèles qui correspondent aux passions de l’adolescent devient en soi un deuxième élan d’expression des passions profondes de celui-ci. Il sait reconnaître les normes tout en se positionnant et même parfois, se rebeller à elles. Il se sent en mesure de réaliser par lui-même ce qui l’anime, ce qu’il désire réaliser. Il se sent dans un monde sans limite, sans frontière. Il devient, même, confrontant à ses guides. Encore là, il s’affirmera soit en s’appropriant ou soit en évitant de perdre l’amour de ses proches si important pour lui.

Vos premières observations sur l’alignement de votre passion doivent incontournablement s’orienter sur ces deux stades très révélateurs de vos passions. Ils contiennent la réponse à votre alignement sur vos passions d’être. Qu’est-ce que vous auriez tant aimé faire que vous n’avez pu compléter? Qu’est ce que vous avez tant aimé faire qui vous a apporté tant de joie, de bonheur, de fierté, de sentiment d’être? Les réponses à ces questions deviennent votre point d’alignement.

Un autre volet d’observation est en relation envers vos modèles à ces stades. À qui vous vous identifiez à ces périodes? Et pourquoi? En quoi ils révélaient votre désir d’être, votre passion de vous accomplir, de vous réaliser à votre hauteur? Qu’est-ce que vous ressentiez? Qu’est-ce qui vous donnait un sens à votre vie?

Il est essentiel de se retourner sur vos ressentis et non pas seulement sur des images du passé d’accomplissement heureux ou malheureux. Qu’est-ce qui vous faisait tant vibrer? Et pourquoi?

Par ces exercices d’observations, vous relèverez plusieurs élans d’être différents, plusieurs passions qui vous animaient à perdre la notion du temps et de l’impossibilité. C’est la sensation moi avant tout, les autres suivront et non l’inverse. Non, à comment me conformer à la société, à vos différents rôles de votre vie. Non à comment éviter avant tout de perdre l’approbation, l’amour des autres.

Et maintenant, à votre stade de vie rempli de riches expériences positives et négatives, rempli d’émotions heureuses comme malheureuses, rempli de confirmation ou d’inhibition de ce que vous êtes vous permet d’identifier, de trouver votre propre et réelle passion qui vous carbure, qui donne ou donnerait un sens profond à votre vie. Et là, vous retrouverez la sensation moi pour les autres et non suivre les autres pour me sécuriser, pour survivre dans la jungle du conformisme, des normes sociales et vous dire je suis comme les autres, donc normal et par conclusion accepter par les autres. Par contre, êtes-vous accepté par vous-même? Êtes-vous réellement vous-même? Ce que permet l’expression d’une vraie passion.

Être aligné vers sa passion, « c’est s’aimer assez soi-même pour être capable de s’ouvrir et de laisser ces forces circuler librement, sans craindre qu’elles nous détruisent. » soutient Rick Jarow dans son livre, Trouver sa passion, édition le Dauphin blanc, page 88.

L’alignement vers sa passion passe obligatoire par un regard rétrospectif de deux stades cruciaux de votre vie. Le dernier élan de vos passions se manifestera pour la dernière fois de votre vie au stade de la mi-temps de votre vie. À vous de saisir ce beau moment de vous aligner vers votre passion profonde qui correspond à vous, à votre être.

Voilà un moyen de répondre à la question « Comment être aligné vers sa passion ».

Yves Beaudry
www.autempspresent.ca

Yves Beaudry est auteur, conférencier, formateur orienté sur la réalisation de soi et sur le développement d’un leadership créatif et visionnaire. Il y consacre son temps, ses énergies dans une quête permanente à la créativité de son être dans l’ici et maintenant. www.autempsprsent.ca

Lire la suite

Créer ou solutionner, mais comment

Publié le 8 décembre 2011 par dans Créativité

0

Vous êtes face à un problème et le premier réflexe est de trouver la solution à ce problème. C’est ainsi que vous avez tous été conditionnés, soit de trouver la solution. Vous avez été pour certains d’entre-vous sensibilisés à l’attitude positive qui prône qu’il n’y a que de solutions et non de problème dans la vie. Solutionner n’est pas créer.


Dans notre société, nous formons nos futurs gestionnaires à penser en fonction de résoudre des problèmes. Plus les problèmes sont gros et importants plus le gestionnaire est à un haut niveau hiérarchique dans la compagnie. « Résoudre les problèmes, c’est agir pour faire disparaître quelque chose, le problème tandis que créer, c’est agir pour amener quelque chose à exister, la création. » L’attitude et l’aptitude à trouver des solutions à des problèmes est un processus loin de la création.

Le processus de solutionner relève de la pensée, principalement. La pensée est limitée par les connaissances, les cadres de référence, les habitudes, les croyances et par tout le conditionnement. La pensée n’est pas créative. La pensée est organisationnelle. Elle est généralement d’ordre réactif à un stimulus. Vous réagissez à un problème en tentant de trouver une solution vous permettant de minimiser le problème du moins, si non de tenter de l’éliminer complètement. « Créer ne pose pas de problème; résoudre des problèmes n’est pas créer. »

L’acte de créer ne relève pas de l’acte de penser. Pour créer, il faut être présent à ce qui est. L’aspect important du processus de création consiste à reconnaître ce qui existe, ce qui est présent. Pourquoi le problème est récurrent? Pourquoi les problèmes font parti de votre existence? Probablement que le passé ou le futur font partie de votre vie. Vous êtes rarement présent à vous, présent à ce qui est autant dans votre travail que dans votre vie.

Le processus de solutionner consiste à éviter, à éliminer un irritant. C’est une approche dans un certain ordre basée sur une attitude négative tandis que le processus de création repose sur ce que vous voulez créer, ce que vous désirez de bien pour vous, pour l’entreprise. Une approche basée sur une attitude positive, apporter du nouveau à ce qui est et non à éviter ou à éliminer l’irritant, le problème. Car, la solution trouvée est bien souvent temporaire et partielle au problème. « Vous aurez toujours un nouveau problème si vous ne savez pas créer ce que voulez. Et créer ne pose pas de problème. »

La différence entre solutionner et créer consiste bien souvent à une question d’attitude et de capacité à aller dans l’inconnu. Je pourrais dire que tout est une question d’orientation, d’alignement vers la recherche du neuf. Il vous faut seulement savoir ce que vous recherchez, ce que vous voulez. Cette orientation que vous vous donnez correspond à une vision de ce qui pourrait être à ce qui est. C’est tout le processus de la créativité visionnaire qui est mis en place à ce moment-là.

Les gestionnaires devraient user d’un leadership créatif et visionnaire plutôt que de s’orienter à résoudre des problèmes quotidiennement. C’est une question d’orientation de leur focus, focuser sur du neuf plutôt que sur la résolution. Ils prendraient plus en main leurs destinées et celle de leurs entreprises que de se laisser diriger par les circonstances, les événements, les problèmes qui surgissent.

Cette attitude créatrice et ce processus de création visionnaire s’applique autant dans l’orientation de vos vies que celle de votre travail. « La créativité constitue un des moyens principaux par lequel l’être humain se libère des chaines, de ses réactions conditionnées, mais aussi de celles de ses choix habituels. » Silvano Arité

Yves Beaudry
www.autempspresent.ca

Yves Beaudry est auteur, conférencier, formateur orienté sur la réalisation de soi dans l’ici et maintenant et sur le développement d’un leadership créatif et visionnaire. Il y consacre son temps, ses énergies dans une quête permanente à la créativité de son être dans l’ici et maintenant. www.autempspresent.ca/blog/

Lire la suite

Comment développer sa créativité

Publié le 8 décembre 2011 par dans Créativité

0

« Les rêveurs ne font que rêver, alors que les créateurs font de leurs rêves une réalité. »

La première étape du développement de la créativité est de vous donner le droit de rêver, le droit d’améliorer votre situation, votre état de vie. La perte de la capacité de rêver est le début d’une mort, celle de mourir d’être.


La deuxième étape consiste à vous sortir du carcan des préjugés, principalement celui de ce que les autres pourraient penser de vous, de vos idées, de vos rêves. Pour y arriver, vous devez être aligné vers vos profonds désirs, rêves. Vous appropriez ce qui est à vous et non vous auster aux autres pour être accepté par eux. Vous êtes uniques, donc vos rêves sont uniques ce qui résulte que la création est un acte d’unicité, de réalisation de soi.

Un entraînement à rêver en écrivant sans jugement, sans analyse, sans condamnation et sans comparaison ce que vous ressentez réellement en vous. Du rêve écrit, vous pourrez entamer la troisième étape, celle de l’imagination. Imaginez la concrétisation d’un de vos rêves les plus significatifs, le plus révélateur de ce que vous êtes. « En vous entraînant à concevoir ce que vous voulez créer et à transformer ce concept en vision et en réalité courante, vous commencerez à travailler avec les forces naturelles du processus créateur. »

De l’imagination à la vision concrète de votre rêve, le processus de création vous apportera les éléments conceptuels de réalisation. Ce processus ne s’opère pas sans difficulté. « L’orientation créatrice amène les créateurs à ressentir souvent frustration, douleur, tristesse, dépression, désespoir et fatigue aussi bien que l’espoir, la joie, l’extase, plaisir et de l’exaltation. »

Comment arriver à se maintenir dans le processus de création sachant qu’il sera exigent autant en terme de ressentis heureux que difficiles? Tout simplement en gardant votre focus sur l’alignement de votre rêve qui devient votre vision. Cet alignement doit être orienté dans ce qui est à chaque instant en vous. C’est être présent à vous-mêmes dans l’ici et maintenant. Demeurez dans le temps présent. Toute la différence entre un rêveur et un réalisateur se situe dans la capacité à vivre dans le temps présent, dans le moment présent par la vision qui vous habite. Cette vision deviendra une réalité dans votre vie.

Vos rêves matérialisent ce que vous désirez, ce que vous voulez de bien dans votre vie. La création est le résultat de ce que vous voulez faire naître de vous. Un résultat d’être, de faire ou d’avoir est le fruit de vos propres ressentis. L’acte de créer amène le neuf, le nouveau donc vers l’inconnu. S’il vous faut faire abstraction des autres, vous devez réussir, également, à vous déconditionner. Le conditionnement subi à travers votre vie représente le plus grand obstacle à la création.

Si nos grands inventeurs s’étaient arrêtés aux connaissances accumulés, à ce qui ne peut se faire, nous n’aurions pas eu la roue, l’électricité, un ordinateur sur notre bureau. Ces grands créateurs ont dépassé leurs pensées, le connu. Ils avaient un rêve fou, mais ils étaient alignés sur ce qui les habitait. Vous pouvez appliquer ce processus de création dans votre travail comme dans votre propre vie.

Le rêve nait de vous, à vous de décider ce que vous voulez faire naître de vous.

Yves Beaudry
www.autempspresent.ca

Yves Beaudry est auteur, conférencier, formateur orienté sur la réalisation de soi dans l’ici et maintenant et sur le développement d’un leadership créatif et visionnaire. Il y consacre son temps, ses énergies dans une quête permanente à la créativité de son être dans l’ici et maintenant. www.autempspresent.ca/blog/

Lire la suite

Comment développer sa vision

Publié le 8 décembre 2011 par dans Créativité

0

Du rêve à l’imagination nait la vision. Tout le processus du développement de la vision découle de ce que vous ressentez afin de vous réaliser. Une réalisation de soi alignée sur ce que vous êtes, sur ce que vous recherchez de mieux pour vous, dans un premier temps. Une vision alignée est créative et resplendira au-delà de vos actions, de votre être. « La vison devient une entité distincte de vous. La vision concerne ce que vous voulez et distinguez ce que vous voulez de ce que vous croyez être possible. »


La vision est un prolongement de ce que vous êtes tout en étant un résultat de ce qui se passe en vous. C’est un élan d’être désiré sur lequel vous vous alignez dont les actions en découleront. Une vision alignée est plus grand que le tout, et la première expression de la vision passera par vous, par une certaine transformation de votre connu vers l’inconnu. Cet inconnu qui peut vous faire si peur qu’il vous paralyse, vous empêche de rêver, d’imaginer et de réaliser ce qui vous anime. Vous n’osez plus, car l’inconnu vous effraie et vous croyez que la sécurité provient seulement de ce que vous connaissez. La véritable sécurité est en vous et non en des structures et encore moins en des personnes près de vous.

« Plus vous vous sentirez à l’aise avec les élans de votre être, plus vous vous sentirez en confiance quant à l’idée de plonger dans l’inconnu. » Tout le développement d’une vision relève de ce que vous êtes et de son acceptation. Si vous vous sentez plus ou moins confortable avec ce que vous êtes, vous devrez à ce point entreprendre une quête de votre être. Cette quête devient incontournable au moment du ressenti du mal être. Vous réalisez que vous êtes plus que ce vous croyez être ou vous réalisez que avez vécu dans les traces des autres et non des vôtres. La vision ne peut prendre racine dans l’entité des autres et encore moins dans la projection des autres sur vous. « En vous rapprochant de votre objectif, vous produisez l’élan nécessaire qui facilite le cheminent vers votre vision. »

Le développement d’une vision oblige un regard sur votre être et le droit de vous approprier vos propres rêves. Ne soyez pas apeuré par l’inconnu parce que votre vision se concrétisera dans l’inconnu. Un des premier pas vers l’inconnu est tout simplement être présent, vivre au temps présent et non celui du passé ou du futur. Le passé et le futur ne font que maintenir le connu. Trop de gens s’échappent de ce qui est dans l’ici et maintenant pour la simple raison qu’ils ont peur de ressentir ce qui existe en eux. La vision nait de vos ressentis, il existe un lien direct entre votre qualité de présence et à ce que vous ressentez. « Vivre dans l’énergie de la vision, c’est être constamment réinventé dans l’ici et maintenant; c’est défier les limites que les autres nous imposent et, par-dessus tout, c’est se laisser guider par l’inconnu. »

Le résultat du développement d’une vision en plus de ressentir un bien être de vivre vous offrira plus que ce que vous aviez imaginé. Cette vision réalisée vous conduira vers les bonnes personnes, vers des lieux et des circonstances favorables à vous. Le développement d’une vision crée la synchronicité.

À vous d’emprunter la voix de la créativité par l’imagination de vos rêves sous le développement précis d’une vision correspondant à ce que vous êtes à partir de vos ressentis. Le connu est en vous et non à l’extérieur et encore moins dans les structures sociales. « La vision a seulement besoin d’être assez claire pour que vous la reconnaissiez quand vous l’aurez créée. » Le développement d’une vision découle entièrement que de vous et de votre capacité à vous reconnaître et d’affirmer ce que vous êtes.

Yves Beaudry
www.autempspresent.ca

Yves Beaudry est auteur, conférencier, formateur orienté sur la réalisation de soi dans l’ici et maintenant et sur le développement d’un leadership créatif et visionnaire. Il y consacre son temps, ses énergies dans une quête permanente à la créativité de son être dans l’ici et maintenant. www.autempspresent.ca/blog/

Lire la suite

0

“Ce n’est pas en réfléchissant
que vous deviendrez créatif ni imaginatif.”

La partie intuitive, émotionnelle de votre cerveau est capable de traiter des millions de millions d’informations en simultané parce qu’elle n’est pas limitée par les schémas de la pensée rationnelle et analytique de votre cerveau gauche.


Comprenez bien qu’en réfléchissant, qu’en analysant, votre cerveau fonctionne lentement, un peu à la manière d’un enfant qui vient d’apprendre à lire et passe d’une ligne à l’autre.

Votre partie artistique, émotionnelle, elle, est capable de passer d’une chose à l’autre sans aucun lien logique apparent, elle fonctionne avec un autre système de logique et de déduction qui est beaucoup plus performant, plus rapide et plus efficace.

En développant votre créativité, vous n’allez pas simplement améliorer les limites de ce que vous êtes capable de penser, d’imaginer ou de réaliser actuellement, mais vous allez littéralement les exploser, les faire voler en éclat.

La créativité est un état d’esprit

La créativité est une manière spécifique de faire fonctionner votre cerveau, mais aussi une attitude différente face aux difficultés et à la vie.

Être créatif c’est accepter le fait qu’une partie de vous puisse trouver la solution à un problème qui vous semble insolvable, ou qu’elle puisse vous permettre de trouver les ressources pour sortir d’une situation difficile.

Être créatif c’est accepter qu’il y ait des solutions, des idées au-delà de votre raisonnement intellectuel. C’est en quelque sorte savoir que lorsque votre raisonnement a atteint ses limites, il y a une partie plus puissante en vous qui est à votre service.

Être créatif est une attitude qui consiste à accueillir avec joie chaque difficulté en la considérant comme un défi, comme une occasion d’aller encore plus loin et de faire encore plus la différence avec ceux qui n’auront pas réussi à franchir ce cap.

“Un problème est un défi, un moyen de progresser.”

Être créatif c’est développer en vous la conviction que vous avez le pouvoir de trouver une solution, c’est être conscient de votre puissance intérieure et c’est prendre plaisir à progresser, à grandir, à créer.

Le créatif ne fuit pas les problèmes, mais il les recherche. Il sait que chaque problème est une formidable occasion de mettre ses plans à l’épreuve et de les consolider.

En résumé, la créativité n’est pas le privilège de certaines personnes, mais réellement une capacité que tout le monde peut développer, que VOUS pouvez développer avec des exercices bien spécifiques. Ne pas encore avoir cette capacité suffisamment développée aujourd’hui ne veut pas dire que ce ne sera pas le cas demain.

En vous entraînant de la bonne manière, tout est possible. Il suffit de réveiller les zones de votre cerveau que vous n’avez pas l’habitude de solliciter et de changer votre attitude, votre état d’esprit dans certaines situations.

Être créatif c’est tout simplement devenir conscient des formidables capacités de votre esprit et leur laisser le terrain libre pour qu’elles puissent s’exprimer librement sans être censurées ou bridées par votre partie qui réfléchit et qui analyse

Le blog où rien n’est impossible

Bruno est un passionné de développement personnel. Il vous fait partager son expérience et met ses services à votre disposition. Son Blog
http://www.pourqwapa.com/

Lire la suite

0

Je voudrais que vous preniez un instant pour considérer la créativité non pas comme un élément extérieur à vous-même, mais comme quelque chose que vous avez déjà en vous, depuis toujours.

Imaginez la créativité comme une énergie qui est prisonnière dans un recoin de votre esprit, et imaginez qu’il vous faille ouvrir un certain nombre de portes pour atteindre cette énergie et la laisser s’exprimer librement dans votre vie.

“Ouvrez les portes pour laisser sortir la créativité qui est en vous.”


Bien sûr, cela est une métaphore, mais le simple fait de pouvoir imaginer n’est-il pas le premier pas vers le développement de votre créativité ?

“En prenant conscience de vos schémas limitants, vous leur faites perdre tout pouvoir sur vous.”

Dépassez vos limites du possible
Les seules limites de votre capacité à inventer, de votre capacité à créer proviennent de ce que vous croyiez que vous êtes capable de faire.
“Si une chose vous semble impossible aujourd’hui, vous ne pourrez pas l’atteindre à moins de changer
votre état d’esprit.”

Si vous pensez que vous ne pourrez trouver la solution à un problème, vous ne la trouverez pas.
“Vous n’atteindrez que ce que vous croyez possible.”

Pensez-vous que vous allez devenir capable d’avoir une idée qui vous permettra de faire fortune par exemple?

Si la réponse à cette question est négative, comment voulez-vous réussir ?

En fixant les limites à ce que vous croyez possible, vous fixez les limites à ce que vous vous autorisez à réussir.
Lorsque vous ne croyez pas en votre capacité de réussir une chose précise, vous vous conditionnez pour échouer, vous vous fixez des limites et vous n’essayez pas d’aller au-delà.

Dépassez les doutes
Les gens croient que c’est en obtenant de nouveaux résultats qu’ils pourront dépasser leurs doutes. Mais les choses ne se passent pas ainsi.
Si vous avez décidé de réussir, vous devez dépasser vos doutes, vous devez les oublier et faire comme si ce que vous voulez était possible.
“Faites comme si c’était possible.”
Lorsque vous doutez, vous créez un blocage en vous, vous vous fermez à vos possibilités, vous envoyez des instructions à votre subconscient lui disant de vous empêcher de réussir à faire ceci ou cela.

Vous ne voyez que ce que vous croyez
Une des caractéristiques de votre cerveau est qu’il fait le tri dans vos différentes perceptions et ne vous permet de percevoir que ce qui va dans le sens de ce que vous croyez.

Si vous croyez que les gens sont égoïstes, vous ne verrez que les gens égoïstes ; si vous pensez qu’il est impossible de réussir dans la vie, vous ne verrez que des vérifications allant dans ce sens.

Le blog où rien n’est impossible

Bruno est un passionné de développement personnel. Il vous fait partager son expérience et met ses services à votre disposition. Son Blog
http://www.pourqwapa.com/

Lire la suite

Pourquoi tenir un journal intime ?

Publié le 8 décembre 2011 par dans Créativité

0

Tenir un journal intime vous confère de nombreux avantages. Cela est très utile si vous voulez atteindre un but particulier. Par exemple, si vous voulez perdre du poids, commencer un nouveau projet, ou installer une nouvelle habitude de vie.

Ecrire fréquemment ses pensées permet de mieux les retenir, mais surtout, d’y voir plus clair. Souvent, on ne sait par où commencer lorsque l’on s’attèle à un nouveau projet. Ou encore, on rencontre des difficultés pour rester motivé. Passé la première semaine de motivation, on perd de son souffle.


Pour remédier à cela, prenez simplement l’habitude de mettre par écrit vos pensées, et de redéfinir constamment votre objectif. Cela vous aidera à rester centré, à ne pas vous éparpiller dans de multiples directions inutiles et à être plus efficace dans l’avancement de votre projet.

Enfin, si vous ne savez pas comment vous y prendre, écrire toutes les idées qui vous passent par la tête sans crainte que quelqu’un les lise vous permettra de découvrir de manière créative la prochaine étape pour bien avancer. Pour ne pas que quelqu’un lise ce que vous écrivez, utilisez un logiciel spécialisé comme celui qui est décrit dans l’article suivant :
==> Tenir un journal intime.

Etre centré est un élément clé pour rester productif. En effet, si vous ne savez pas par où commencer, ni dans quelle direction avancer, vos actions risquent fortement de manquer d’impact. Cela résulte dans une fatigue inutile, puisque vous êtes actif mais que vos actions ne produisent pas les effets escomptés. En prenant le temps de prendre de la distance par rapport à vos objectifs, vous constaterez que les meilleures décisions à prendre apparaîtront d’elles-mêmes. Il ne vous restera plus qu’à pousser un peu votre courage pour les mettre en application!

Alban est l’auteur d’un article sur ce sujet que vous pouvez consulter à l’adresse suivante : Tenir un journal intime

Lire la suite