0

Les objets connectés sont actuellement en plein essor. De plus en plus de boutiques et grandes surfaces en proposent à leurs clients. Sur internet, le phénomène évolue également dans ce sens, puisque les géants du e-commerce proposent actuellement de nombreux objets connectés et accessoires high tech sur leur site.

Néanmoins, jusqu’en 2015, aucun site e-commerce n’était dédié à ces objets connectés. C’est de ce constat que sont partis 5 passionnés des nouvelles technologies pour créer le premier site français dédié à la vente d’objets connectés et d’accessoires high tech : http://www.megacitiz.com/fr/.



Trouver et acheter un objet connecté devient donc plus facile, puisque ce site réunit un catalogue de plus de 250 produits : casques sans fil, drones, objets connectés pour la maison, bracelets connectés… se retrouvent sur le site.

Au niveau des marques présentes, on y retrouve des marques de notoriété, comme Parrot, Fitbit, Bewell Connect, mais également des marques plus jeunes et innovantes comme Bidul et Kiwi Box : http://www.megacitiz.com/fr/marques/.

Acheter un objet connecté sur internet ne relève donc plus du parcours du combattant. De plus, Megacitiz est porteur de différents engagements, comme la protection de la vie privée de ses clients (pas de revente de données, pas de mails intrusifs, sécurisation des données,…), proximité avec fournisseurs et clients, hotline (non surtaxée) et logistique gérées par l’équipe directement.

Ce site français vient confirmer l’attrait de la France pour les objets connectés. De nombreuses start-ups françaises se lancent en effet sur ce créneau et apportent une véritable valeur ajoutée à ce marché. Contrairement au boom de l’informatique que la France n’a pas su suivre, l’essor des objets connectés est pleinement ancré en France, grâce à de nombreuses start-ups innovantes.

Lire la suite

0

Avec la large diffusion d’Internet, toute une gamme de services s’est développée pour satisfaire les clients en ligne toujours plus nombreux. Entre un travail prenant et une vie sociale active, il n’est pas toujours évident de trouver du temps pour aller faire ses achats ainsi pour gagner du temps, il est désormais possible de faire tous ses achats sur Internet.


Avec le développement de l’e-commerce et la sécurisation des transactions sur Internet, il est désormais possible de tout faire en quelques minutes, confortablement installé dans son salon. Des produits pour la maison, en passant par la nourriture et les produits de déco, il est aujourd’hui possible, simplement et rapidement, de faire tous ses achats sur Internet. Si on n’a pas un budget assez grand, la solution meilleure est de
faire ses achats sur des sites de petites annonces comme bikhir.ma.

Quelque soit votre besoin, vous trouverez ce qu’il vous faut sur Internet, qu’il s’agisse de faire vos courses pour la semaine sans vous déplacer ou d’acheter le dernier modèle de l’iPhone. Vous n’aurez que l’embarras du choix. Depuis plusieurs années déjà, les grands supermarchés proposent soit directement soit par le biais de leur marque en ligne, de remplir votre caddie virtuel en ligne et de vous le livrer directement à votre porte.

Autre gros avantages : éviter la cohue des achats dans les grands magasins pendant les soldes si vous n’aimez pas vous retrouver dans les allées fourmillantes d’activité frénétique ou que vous n’avez tout simplement pas le temps de vous déplacer pour acheter vos articles, Internet est là pour vous.

Un autre avantage de passer par Internet pour faire ses achats, les nombreuses options de livraisons très confortables, qui vous permettront de choisir les délais de livraison qui vous conviennent le mieux, avec livraison sous 24 heures, livraison le samedi matin. Vous trouverez sans aucun doute votre bonheur.

Pour celles et ceux qui aiment tout faire depuis le confort de leur salon, faire ses achats par Internet est la solution à tous les maux !

Lire la suite

0

De plus en plus de personnes qui cherchent à travailler à domicile ont déjà entendu parler de l’opportunité qui consiste à vendre de l’information en ligne, pourtant, combien osent se lancer ?

Que se soit par peur de faire des fautes d’orthographe ou bien encore par manque de contenu, le résultat est le même. On s’imagine que ce business est réservé à une élite et il est alors facile de laisser de côté cette idée permettant de créer votre affaire rentable en ligne.


Ce que peu de personnes savent, c’est qu’il existe depuis peu, un raccourci pour créer des produits d’information et les vendre, et ce, même si vous n’avez pas de don pour l’écriture. Il s’agit des droits de label privé !

– Qu’est ce que les droits de label privé ?

Il s’agit d’une licence qui vous autorise à modifier un produit d’information à votre guise pour ensuite le revendre.

Vous pouvez par exemple : changer le titre, insérer votre nom et votre prénom, ajouter du contenu, changer la couverture si c’est un ebook, et bien plus encore…

Il faut savoir que les droits de label privé commencent seulement à se développer sur le marché francophone et cela n’est pas pour déplaire aux marketeurs et infopreneurs (personnes qui vendent de l’information sur Internet) qui cherchent à se simplifier la vie. Mais, leur utilisation ne se réduit pas à cela…

– Les droits de label privé : Une opportunité qui ouvre la vente d’information en ligne à quasiment toutes les personnes qui le désirent !

Les droits de label privé permettent également à des personnes qui n’ont pas les connaissances ou les aptitudes pour créer leur propre produit de pouvoir obtenir des ebooks à leur nom, et ce, avec une grande simplicité.

En effet, grâce à ce droit de revente vous êtes en mesure d’avoir un ebook à votre nom, que vous pouvez personnaliser en modifiant le texte comme bon vous semble.

Ainsi, vous pouvez ajouter en toute légalité votre nom à la place de l’auteur original. De plus, en faisant quelques modifications afin de vous approprier le texte, vous pouvez obtenir un produit unique sur le marché.

Voilà pourquoi, les droits de label privé aident grandement les personnes qui n’ont pas les capacités à écrire un ebook de 50 pages, ou bien encore qui n’arrivent pas à rédiger une page de vente ou à créer les différents graphiques nécessaires pour représenter le produit aux clients potentiels.

C’est donc un moyen idéal pour démarrer dans la vente d’information en ligne et créer votre emploi à domicile.

Vous pouvez également obtenir les droits de label privé sur des logiciels, des scripts, des articles, des graphiques… Et les revendre à votre nom quelques jours seulement après les avoir achetés.

C’est ainsi que de simples internautes arrivent aujourd’hui à compléter leur revenu, voir à vivre de leur activité en ligne en vendant des produits numériques sur Internet.

Lorsque l’on sait le temps nécessaire pour créer un logiciel, ou un ebook vous pouvez comprendre l’utilité des droits de label privé pour les personnes qui débutent sur Internet.

Alors, souhaitez-vous, vous aussi, prendre un raccourci pour créer votre emploi à domicile en vendant des produits d’information ?

Pensez « Droit De Label Privé » !

A votre réussite,

Sébastien Laude est Webmaster du blog « Droit de revente » Ressource complémentaire : Obtenez une formation gratuite pour exploiter au mieux les droits de label privé et générer un revenu régulier en ligne, cliquez ici…
http://creer-vendre-ebooks.fr/cours-label-prive/Droit-de-label-prive-cours-gratuit-.html

Lire la suite

0

Les Préjugés qui peuvent vous bloquer, dans votre prise de décision

Toute nouvelle entreprise est précédée de plein de préjugés, et il est de la nature humaine, d’avoir des préjugés, quand on veut se lancer dans un univers inconnu. Je vais énumérer, les préjugés les plus fréquemment rencontrés.


– Je suis un novice dans ce domaine.
Oui, il y a trois années de cela, quand j’ai décidé d’aller voir, ce que je pouvais trouver à faire dans la mémoire collective, j’avais eu ce premier préjugé. Mais l’Internet est encore à son début et personne ne la maîtrise encore. Et puis, tous les jours, il y a de nouvelles personnes qui viennent sur Internet pour s’essayer et l’Internet va continuer à attirer de plus en plus de monde, les années à venir. Donc, c’est un faux préjugé.

– Je n’ai pas assez de temps pour me consacrer à cette activité.
Si on a un désir vraiment brûlant pour quelque chose, et que cette chose peut nous aider à atteindre une autonomie financière dans le futur, alors, on peut toujours trouver le temps nécessaire pour développer cette activité.

Donc, en s’organisant et en consacrant pour le début, quelque temps libre, on peut progressivement créer, une activité lucrative sur Internet. C’est, donc aussi, un faux préjugé.

– Je n’ai pas suffisamment d’argent, pour débuter.
S’il existe un domaine aujourd’hui, où l’on peut débuter une activité, sans un gros investissement, c’est encore sur Internet.

Il existe même beaucoup de sites Internet, qui offrent des services gratuits, pour vous aider à débuter, et tout ce que vous auriez à investir, c’est votre temps, votre énergie pour un travail assidu de promotion.

– Je ne suis pas un expert en Internet Marketing.
Oui, quand j’ai voulu débuter il y a trois ans de cela, je m’étais posé plusieurs fois, la même question. Je me disais, qu’est-ce qu’un médecin ophtalmologiste a à voir avec une activité de Marketing de réseau sur Internet.

Je n’avais personne, pour me tenir par les mains et me montrer comment il fallait s’y prendre, pour éviter les déboires. Et pourtant, je m’étais jeté à l’eau, ne sachant pas vraiment, où cela allait me conduire.

Mais ce qui est formidable sur Internet justement, c’est que, au fur et à mesure que vous tâtonnez, vous finissez par rencontrer des personnes, qui sont prêtes à vous aider. Il suffit, d’avoir le courage et la volonté d’appendre et de mettre en application ce que vous avez appris.

Il suffit aussi, d’être une personne prête à suivre les conseils et avoir de la détermination, un désir brûlant de réussir et surtout persévérer le temps qu’il faut, pour que la réussite arrive.

Je vous confie d’ailleurs, que je n’ai pas encore atteint les résultats escomptés en me lançant dans cette activité, il y a trois années déjà de cela, pourtant, je continue d’apprendre, d’essayer les choses que j’ai apprises, d’élaborer un nouveau plan d’action quand un ancien ne marche pas.

Et je sais que j’ai déjà accumulé une très grande expérience en la matière, la preuve est devant vous, n’est-ce pas ?

Donc vous n’avez pas besoin d’être un expert, pour commencer. C’est en commençant, en faisant des faux pas, des erreurs et en reprenant encore et encore, qu’on gagne en expérience et que l’on devient expert.

– Je ne sais pas quel service de valeur offrir pour gagner de l’argent en retour.
Sachez que sur Internet, il y a des milliers de personnes qui ont déjà des produits ou services de grande qualité et qui seront heureuses de vous avoir, comme leur affilié et chaque fois que vous les aider à vendre leur produit ou service, pour la peine que vous vous êtes donnée et le temps consacré à cela, elles vous donneront, un pourcentage du prix de vente du produit, sous forme de commission.

En commençant par là, au bout de quelque temps, vous allez avoir l’expérience et si possible les moyens de créer votre propre produit de grande qualité.
Vous pouvez aller, aux liens suivants et signez gratuitement, pour devenir affilié :
http://www.freedom.ws/codjodirect

http://codjo64.network-boutique.com

http://codjo64.network-boutique.com/Alchymed

http://codjo64.network-boutique.com/cSante

http://codjo64.network-boutique.com/cVert

http://codjo64.network-boutique.com/cVirtuel

– Il y a déjà trop de personnes dans cette niche.
Avec les millions de personnes allant sur Internet tous les jours, pour aller acheter ou chercher de l’information sur tel ou tel produit, et le nombre croissant de personnes qui vont y aller les années à venir, il y aura toujours de la place pour tout le monde.

La chose la plus importante, c’est d’arriver à mettre votre touche personnelle au produit ou au service que vous alliez offrir, et avec un peu de créativité et d’imagination, vous alliez faire la différence.

Puis avec beaucoup de persévérance, il arrivera un moment où, quelqu’un va s’intéresser à votre produit ou service ou à la manière dont vous présenter le produit des autres.

Il ne faut surtout pas avoir une attitude de ‘compétition’ mais surtout chercher à créer, c’est-à-dire, à ajouter de la valeur à la vie des autres, aider l’autre à trouver une solution à ses problèmes et l’argent viendra tôt ou tard.

– Seules les personnes qui vous demandent d’acheter tel ou tel produit pour débuter une activité sur Internet, font de l’argent sur votre dos.
Oui, c’est vrai que ces trois dernières années, j’ai investi une fortune dans l’achat de nombreux livres électroniques, de logiciels, pour adhérer à des sites de membres, pour acheter des CD et DVD et que sais-je encore, et chaque jour que Dieu fait, je reçois des centaines d’emails, me disant d’investir encore et encore pour tel autre programme ou tel autre livre électronique qui me révèlerait le secret des secret pour réussir.

Et au début, c’est vrai que ne sachant pas qui dit vrai et voulant vraiment réussir, je voulais tout essayer, j’ai donc investi beaucoup d’argent dans ces produits, avant de me rendre compte, que très peu de ces produits étaient de grande qualité et pouvaient m’aider à réussir, alors, je ne veux pas que tu commettes les même erreurs que moi.

Profite de mes erreurs et ne cherche pas à réinventer la roue. Mais il est indéniable, que tout a un prix dans la vie et il faut accepter un minimum d’investissement au début et pour un certain temps.

Même si le succès ne vient pas vite, il faut continuer à apprendre, à essayer, à tester, on accumule ainsi des expériences que l’on peut capitaliser plus tard, soit en écrivant un livre électronique pour partager ses expériences avec des personnes qui se trouveraient face aux difficultés que vous aviez rencontrées dans le passé, vous pouvez participer à des fora de discussion pour aider d’autres personnes, vous pouvez écrire des articles pour partager vos expériences et ainsi, vous allez bâtir votre notoriété et votre crédibilité, ceci vous aidera plus tard à booster votre activité.

Né à Savè en République du Bénin, le Dr Codjo Rodrigue Abel ASSAVEDO est médecin ophtalmologiste, praticien hospitalier au Centre Hospitalier et Universitaire de Parakou, dans le département du Borgou en République du Bénin. La possibilité d’une signification aux évènements qui ont marqué sa vie, telle est la substance de ses méditations et réflexions spirituelles. Après avoir fait de nombreuses expériences en matière de promotion de programmes d’affiliation, surtout dans l’univers anglophone, il vient de débuter, une nouvelle aventure d’écrivain, en essayant de partager ses expériences dans nombreux domaines. Il s’intéresse au développement personnel, au Marketing de réseau, à la littérature sentimentale et à la Nature, par le récit de ces voyages dans quelques îles Caribbéennes. On peut trouver ses livres ici : http://stores.lulu.com/store.php?fAcctID=1067378

Lire la suite

0

Vous avez un site Internet, félicitations ! Il est beau, tous vos amis vous félicitent… mais le succès financier tarde à venir… Vérifiez chaque point de notre Checklist du succès Internet et travaillez jusqu’à ce que vous puissiez répondre « Oui » à chaque question. Attention, prêt ? Votre site Internet ne va pas tarder à décoller …


1. Avez-vous suffisamment de visiteurs ?

Par expérience, si vous n’avez pas encore atteint le seuil de 1.000 visiteurs différents (ou visiteurs « uniques »), ne vous inquiétez pas : les premières ventes n’ont lieu qu’une fois ce seuil dépassé. Le cycle de transformation d’un visiteur en client n’est pas un processus linéaire : il faut attendre que le visiteur vienne une fois, deux fois sur votre site pour qu’il passe enfin à l’acte. Et de ce fait, vous constaterez que vous aurez d’un seul coup plusieurs ventes après le millième visiteur. Puis les choses se calmeront de nouveau jusqu’à ce que le seuil de 1.500 ou 2.000 visiteurs soit dépassé… et ainsi de suite.

2. Vos visiteurs sont-ils ciblés ?

Vous avez eu plus de 1.000 visiteurs ciblés, mais les ventes se font toujours attendre ? Pas de panique. Vos visiteurs ne sont peut-être pas assez (ou pas du tout) ciblés… Un visiteur ciblé c’est quoi ? C’est un visiteur qui cherche à acheter exactement ce que vous proposez. Un exemple : admettons que vous vendiez des rouges à lèvres bio. Si vous avez eu 1000 visiteurs par un échange de lien avec un site automobile, il est probable que vos visiteurs soient surtout des hommes. Or qui achète des rouges à lèvres ? Les femmes… La prochaine fois, ciblez mieux votre communication : il vaut mieux faire venir 1000 femmes que 5000 hommes sur votre site si vous vendez des rouges à lèvre !

3. Avez-vous une accroche pertinente ?

Lorsqu’un visiteur arrive sur votre site, sait-il en un coup d’œil quel produit vous proposez et quelle valeur ajoutée vous pouvez lui apporter à lui, le client ? Faites visiter votre site par des amis, neutres si possible. Par exemple des amis qui n’ont encore jamais visité votre site. Et demandez-leur quelle est leur première impression. Vous serez surpris de constater que ce qui vous paraissait à vous évident ne l’est peut-être pas pour quelqu’un d’extérieur.
Dans ce cas, travaillez une phrase d’accroche que vous placerez en haut au centre de votre page d’accueil. En 2 ou 3 lignes, elle doit présenter au client votre activité et votre valeur ajoutée.

4. Votre site est-il tout entier tourné vers la vente ?
Une erreur que je vois fréquemment sur les sites que je visite, c’est de vouloir trop en faire. Je m’explique : beaucoup de propriétaires d’un site Internet ont tendance à assigner à leur site plusieurs objectifs : présenter leur société, vendre leurs produits, présenter des partenaires, mettre des photos, faire une rubrique forum pour le plaisir d’être interactif etc. Au final, ils obtiennent un site « fourre-tout » dans lequel le client navigue, prend éventuellement plaisir à consulter certaines infos … mais oublie d’acheter !
Dans le meilleur des cas ce visiteur a trouvé des infos intéressantes ou amusantes, il a aimé le design, … et il enregistre l’adresse dans ses favoris. Il reviendra peut-être … un jour…
Dans la plupart des cas il quitte le site sans noter l’adresse, et il ne reviendra jamais. Quel gâchis !
Pour être efficace, votre site doit avoir un objectif précis. Par exemple vendre vos produits, ou recevoir des demandes de devis. Vérifiez que tous les éléments, toutes les pages de votre site servent cet objectif. Et supprimez le reste !

5. Est-ce que vous proposez plusieurs façons de commander ?
Les boutiques en ligne oublient souvent de proposer une alternative à la commande en ligne. Certes, l’objectif premier de leur site est précisément de permettre aux clients de choisir eux-mêmes tranquillement leurs produits, de les mettre dans un panier puis de procéder à la commande en quelques clics à toute heure du jour ou de la nuit… Mais certains clients ont envie d’être pris en main. Parce qu’ils ont peur de se tromper, parce qu’ils n’ont pas le temps, parce qu’ils n’ont pas la patience… Proposez-leur de commander par fax ou par téléphone. Le simple fait de proposer la commande par téléphone m’a permis d’augmenter de 30% les ventes sur un site d’équipements de sécurité il y a quelques semaines !

6. Est-ce que vous proposez plusieurs modes de paiement ?
Le commerce en ligne s’est largement popularisé en France. Mais cela ne signifie pas que tous les acheteurs sur Internet veulent payer en ligne ! Si vous vous contentez de proposer le paiement par carte bancaire en ligne, vous vous privez d’un certain nombre d’acheteurs.
A l’inverse, plus vous proposez de modes de paiement différents, plus vous aurez d’acheteurs ! En plus du paiement par carte bancaire en ligne, proposez au minimum le paiement par chèque. Et si vous le pouvez, proposez aussi le paiement par virement bancaire, mandat postal, cartes prépayées du genre W-Ha, paiements en plusieurs fois …

7. Est-ce que vous faites le maximum pour établir votre crédibilité ?

Les visiteurs qui ont atterri sur votre page web sont à deux clics de tout un tas d’autres sites concurrents. Pour les inciter à rester sur votre site, vous devez rapidement leur prouver votre crédibilité et les rassurer.

Vous avez un diplôme ou 20 ans d’expérience dans votre domaine? Vous avez écrit un rapport sur le sujet? Vous avez un client connu parmi vos clients? Vous avez reçu un agrément d’une autorité officielle? Vous êtes l’inventeur du gadget que vous vendez? Vous importez un produit spécifique du pays dont vous êtes originaire ?… Tout ce qui vous positionne comme un expert dans votre domaine doit être clairement présenté sur votre site.

Par ailleurs, publiez en évidence sur toutes les pages de votre site les labels et garanties qui peuvent rassurer votre futur client. A commencer par le label de sécurisation de votre paiement en ligne (Paypal, votre banque, etc.). Cela peut vous paraître évident, mais si vous ne le faites pas certains visiteurs de votre site ne se sentiront pas en confiance.
De même, si vous proposez une garantie (du type « satisfait ou remboursé », « livraison en 48h », …), mettez-la en évidence sur toutes les pages de votre site.

© 2008 Emilie Hemmer – L’infopreneuse Emilie Hemmer, « Miss Info Marketing », est co-fondatrice de la société de création de sites Rosaweb et éditrice du magazine hebdomadaire PopAffaires. Pour découvrir GRATUITEMENT les techniques qui vous permettront de gagner enfin de l’argent avec votre site abonnez-vous sur http://www.popaffaires.com

Lire la suite

0

Aujourd’hui une petite révolution est en train de naître avec la vente sur internet.

Le e-commerce (abréviation de éléctronic commerce ) se porte bien puisqu’il est en constante évolution:

« Selon la Fevad (Fédération des entreprises de vente à distance), il croît de 40 % par rapport à 2005 et fait plus que doubler par rapport à 2004. Ainsi en deux ans, la taille du marché du e-Commerce en France a doublé pour dépasser la barre symbolique des 10 milliards d’euros en 2006. Cette étude a été réalisée sur un total de 16.000 sites. Objectif 2008 : 20 milliards d’euros. La Fevad prévoit en effet + 35 % en 2007, puis + 30 % en 2008. »


Lire l’article : Journal Du Net du 15/01/07

Mais comme le savent beaucoup d’internautes, il ne suffit pas de créer un site ou une boutique en ligne pour vendre.

La vente sur internet demande des compétences dans différents domaines.

– Création de site
– Graphisme, design
– Copyrighting ( élaboration de texte de vente)
– Référencement
– Publicité
– Gestion d’une liste
– Trouver où produire des produits compétitifs
– Connaissance du marché

En effet, les vendeurs qui gagnent leur vie sur internet sont des professionnels, ils étudient les besoins d’un marché et propose des offres qui répondent à cette demande.

Pourtant beaucoup de propositions alléchantes vantent les mérites du net et affirment que l’on peut gagner de l’argent facilement sans avoir de connaissances en informatique ou très peu, et en fournissant très peu d’efforts.

Je crois qu’il faut ajouter des nuances à de telles affirmations. (Je vous parle ici bien sûr de mon expérience).

En effet, pour quelqu’un qui à grandi dans une famille de musiciens la musique n’a rien de compliqué. Cet apprentissage s’est fait naturellement.

De la même manière, quelqu’un qui a toujours grandi avec un ordinateur à la maison aura acquis des bases en informatique sans même s’en apercevoir. Pourtant, même si ce qu’il fait sur son ordinateur n’est pas compliqué, cela relève d’une compétence.
Aujourd’hui la plupart des enfants et adolescents sont déjà familiarisés avec l’informatique. Ce qui n’était pas forcément le cas pour les enfants et adolescents nés ne serait-ce qu’il y a 15 ans. Combien ai-je vu de personnes qui ne savaient pas ouvrir un mail alors qu’elles avaient 40 ans ?

Alors si vous décidez de vous lancer dans le commerce sur internet il faut savoir qu’il y a quand même un minimum de choses à savoir. Comme dans toute profession il est souvent profitable et nécessaire d’avoir une formation adaptée surtout si vous n’êtes pas très calé.

Cela n’est pas insurmontable, loin de là. C’est même au contraire passionnant pour celui qui se laisse prendre au jeu. Mais comme tout apprentissage cela demande un certain temps qui varie en fonction de vos connaissances et de vos capacités à apprendre.

Si vous êtes tenté par l’aventure internet,je vous conseils de prendre le temps de bien vous formez et vous informez.

Sébastien Laude Éditeur internet http://vendre-sur-internet.new.fr

Lire la suite

0

1) Pouvez-vous nous parler de vous ?
Présent depuis 2002 sur Internet avec le plus grand choix d’épices et un succès toujours croissant, Epicier.ch propose des épices de toutes les parties du monde, entières, en grains, concassées ou moulues, également des herbes aromatiques et une vaste gamme de mélanges d’épices. Toute une gamme de currys de toutes provenances, du doux au très fort, en poudre ou en pâte ainsi qu’une grande variété de poivres sont également disponibles. Vous trouverez aussi une recette par épice ainsi que les vertus, et leurs histoires.


2) Que propose votre boutique en ligne, à qui s’adressent vos produits ?
Un grand choix d’épices du monde entier, de la plus courante à la plus inédite, pour satisfaire le professionnel aussi bien que la ménagère, en passant par l’amateur éclairé dans un esprit de qualité suisse.

3) Comment l’idée de créer une boutique en ligne vous est-elle venue ?
La connaissance professionnelle des produits m’a permis de comprendre que le commerce des épices doit être accessible à tous, en tout temps et éviter aux clients de chercher certaines épices pendant des semaines. La boutique Epicier.ch se propose de commercialiser les épices les plus originales.

4) Qui sont vos concurrents, qu’est ce qui vous différencie d’eux ?
Trois éléments font la différence : offrir la plus vaste gamme de produits possible, être présent dans les créneaux où les autres sont absents et offrir les recettes qui vont avec les épices. Nous n’avons pas oublié de donner aux clients les vertus de chaque épice, ainsi que son histoire.

5) Pouvez vous nous parler de votre site en quelques chiffres et éventuellement les commenter ?
Ayant débuté avec la version 4 de ShopFactory, j’ai suivi toute l’évolution du logiciel. La version 7 que j’utilise actuellement a contribué à une nette augmentation de la fréquentation du site, ainsi qu’à la croissance des commandes. Je compte environ 350 visites par jour.

6) Quels ont été vos critères de sélection quant au mode de création de votre boutique et pourquoi avoir choisi ShopFactory ?
Ayant essayé divers logiciels de e-commerce, du gratuit au payant, ShopFactory m’a paru le plus facile pour ma connaissance informatique. Avec l’expérience de ce logiciel je peux aller un peu plus loin qu’à mes débuts. Le forum et la FAQ aident beaucoup.
7) Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées lors du lancement de votre projet?
Le plus gros problème est lié à la compétence des hébergeurs, ainsi qu’à la fiabilité des serveurs qui vous hébergent.

8) Selon vous, quelles sont les clefs de votre réussite et quels conseils pourriez-vous donner aux personnes qui souhaitent se lancer dans le e-commerce ?
ShopFactory est un logiciel simple et peu onéreux par rapport à sa performance. Il est idéal pour un début, car l’argent économisé sur la création d’un site Internet peut être investi dans la promotion de la boutique et l’achat des matières premières.

9) Quels sont vos projets pour l’avenir de votre activité sur Internet ?
Mon souhait est de continuer avec ShopFactory et découvrir ses nouvelles versions. L’équipe qui se trouve derrière ce logiciel travaille à son amélioration, ce qui me permet, d’utiliser avec encore plus de facilité toutes ses fonctionnalités.

10) Une dernière phrase pour conclure ?
En aucun cas je ne changerai de logiciel, cela correspondrait à un retour à la case de départ.

Jean-Pierre Fulliquet a réussi à séduire de nombreux clients grâce à la variété et à l’originalité de ses épices. Vous souhaitez vous lancer à votre tour dans la vente en ligne?
Pour cela, téléchargez une version complète et gratuite du logiciel ShopFactory sur www.shopfactory.fr/formulaire.

M Jean-Pierre Fulliquet propose un grand choix d’épices et des herbes aromatiques de toutes les parties du monde. Si vous aimez mettre en valeur vos plats avec des épices inédites, offrir aux clients de votre restaurant les meilleures saveurs, ou tout simplement connaître les vertus des épices, n’hésitez pas d’aller voir ses produits sur sa boutique en ligne Epicier.ch, que vous soyez un particulier ou un commerçant.

Lire la suite

0

Le niveau de confiance des internautes par rapport aux informations qu’ils trouvent dans les blogs, les forums et autres réseaux sociaux sur la toile est de plus en plus bas. Il est honteux que les blogs et les forums en particulier, soient utilisés à but purement commercial, alors que ce sont des lieux où l’on devrait pouvoir faire confiance à un contenu non-intéressé et honnête. C’est une honte que des centaines de milliers de pages dans les réseaux sociaux ou les blogs n’appartiennent pas à des individus lambdas… mais sont créées par des entreprises en prétendant être des individus X.


Malheureusement, les entreprises, submergées par les articles faisant l’apogée du buzz et du marketing viral, prennent plaisir à publier leurs messages sur tous les canaux d’Internet et de ce fait, de plus en plus de publicités inondent la toile et les blogs. Plus grave encore, de plus en plus d’entreprise sont en train de créer des blogs, des forums et des réseaux sociaux, à première vue dans un but neutre, mais qui sont en finalité pour promouvoir leurs produits ou services.
Le niveau de confiance des internautes pourrait bien continuer à décroître au fur et à mesure que de plus en plus de messages marketing inondent tous les aspects du web.

L’enjeu de votre boutique en ligne est donc de gagner la confiance des visiteurs de votre site, c’est seulement par ce biais que vous prospérerez.
C’est malheureux, il y a tant de messages publicitaires sur Internet.
Autant le prendre comme une chance. Les niveaux de crédibilité et de confiance diminuent, tant mieux! Le lecteur cherchera alors le plus pertinent et le plus crédible. Il vous suffit d’être honnête, de proposer un contenu utile et original sur votre site. En intéressant vos visiteurs et en leur apportant des informations pertinentes, ils auront forcément entendu parler de vous. Ils seront avides d’informations en qui ils peuvent avoir confiance.
Cependant, il existe d’excellents sites dignes de confiance qui permettent aux visiteurs de subvenir à leurs besoins par le biais de toutes sortes de publicités et de parrainages. L’astuce est de ne pas supprimer la publicité, mais de la séparer clairement de l’éditorial.
Ce qu’il faut éviter:
Les visiteurs ont conscience que leurs besoins d’information sont satisfaits par des formes de publicité et que celle-ci est omniprésente sur la toile. Ce qu’il faut éviter à tout prix, c’est d’essayer de tromper vos lecteurs.
Il n’est pas acceptable d’écrire un contenu sous forme de publicité déguisée par exemple.
Ne tentez pas de faire réfléchir vos visiteurs sur un contenu en qui ils peuvent avoir confiance, alors qu’en fait il est là pour fournir un message de prospection.
Ne proposez pas un article qui semble être une de vos rédactions, alors qu’en fait, vous avez payé une société pour l’écrire.
N’écrivez pas un contenu pauvre simplement pour attirer les lecteurs dans l’espoir qu’ils vont vous aimer ou cliquer sur l’un de vos liens.
Vos lecteurs ont confiance en vous, ne les trahissez pas par ces pratiques. Ce sont eux qui rendent les internautes sceptiques quand à la lecture d’un blog, d’un forum ou d’un site Web qu’ils visitent.

Comment instaurer un climat de confiance avec les visiteurs de votre site ?

En ligne, chaque nouvel entrepreneur a hâte de faire de l’argent rapidement. Mais il vaut mieux ralentir son départ un peu et se concentrer sur le long terme.
Créez un contenu utile et honnête pour votre site. Gardez des messages marketing en cohérence avec votre site dans les articles, les revues, les guides, les blogs ou les forums ou vous posterez des informations. Faites également en sorte que ces informations soient bénéfiques pour les lecteurs et répondent à leurs besoins. Avec le temps, vos prospects vont finir par avoir entièrement confiance en votre site et dans les informations que vous fournissez. Un contenu digne de confiance et intéressant est toujours payant, pas forcément en terme de vente mais souvent en terme d’image et de crédibilité.
Comme le web et les canaux de diffusion qu’il offre sont inondés de contenus non fiables, celui qui arrive à fournir un contenu de qualité et à maintenir la confiance de ses clients est, à long terme, assurément gagnant. Les Internautes se rendent compte rapidement des sites qui tentent de «mentir» et sur la toile il suffit d’une seule erreur pour perdre leur confiance.
Aujourd’hui, nous sommes au milieu d’une explosion de diffusion de buzz sur le marché, le plus malin sera celui qui misera sur les sites, les blogs et les forums qui sont véritablement dignes de confiance et en rapport avec leur activité. Ceux-là seront gagnants à la fin.

Maxime Dalmard

Lire la suite

0

Par : Stéphane Cordier

Lorsque vous vendez en ligne, vous devez soigner le texte de description de vos produits ou services en les mettant en avant, tout en restant crédible.
Si vous en faîtes trop, les visiteurs ne vous croiront pas et si vous ne poussez pas assez vos produits, ils ne seront pas intéressés.
L’important est de trouver le juste milieux. Pour cela il existe certaines règles de base à respecter.

Gardez à l’esprit que beaucoup de visiteurs ne regardent votre site Web que pendant un cour instant avant de décider si votre offre correspond à ce qu’ils recherchent ou pas.


Le titre

Il est donc important, lors de la création de votre site marchand, de soigner le titre de votre page d’accueil ainsi que son introduction.
Si, sur votre page d’accueil, par exemple, vous décidez de vous concentrer sur un seul produit ou service, ou sur un groupe spécifique de produits, essayez d’y mettre en évidence les informations les plus importantes et pertinentes. Voyez votre page d’accueil comme la publicité de votre site Web et la vitrine de votre magasin. Votre titre doit avoir pour but de saisir l’attention des visiteurs et le contenu de votre page d’accueil doit leur donner envie de rester.

L’introduction

S’ il y a beaucoup d’informations que vous pouvez fournir à propos de votre produit ou service, il faut simplifier votre texte afin que votre titre et l’introduction fassent passer un message simple et concis qui explique votre offre de la façon la plus claire possible. Plus les visiteurs ont à lire d’informations pour savoir ce que vous faites, plus grand sera le nombre de visiteurs que vous perdrez.

Les paragraphes

Soyez précis dans le contenu des informations que vous donnez. Les lecteurs ont tendance à rejeter les informations trop floues. « Des milliers d’utilisateurs » est moins crédible que « 2654 utilisateurs ».
Pourquoi ?
Une donnée chiffrée montre la pertinence et la crédibilité de l’information que vous donnez. La première option sonne comme une demande de mise sur le marché.
Il ne faut jamais généraliser. Au lieu de prétendre que les utilisateurs européen apprécient votre produit, il faut être plus précis. Reportez-vous, par exemple, à la France, à l’Allemagne ou même aux grandes villes comme Amsterdam ou Paris. Lors de la rédaction des paragraphes, essayez de rédiger un contenu que les visiteurs aient envi de lire en entier de telle manière qu’ils y trouvent un intérêt important. Ce n’est pas toujours facile, mais s’avère payant une fois réalisé.
Pourquoi?
Plus un visiteur va rester longtemps sur votre site Web, plus il est susceptible d’y dépenser de l’argent.
Enfin pour atteindre cet objectif, il faut lancer un appel à l’action. Demandez vous ce que vous voulez que vos clients fassent ? « Cliquez ici pour découvrir nos offres spéciales », « Achetez maintenant », « Consultez maintenant notre sélection de produits ». Il existe une multitude de formulation que vous pouvez utiliser.

Stéphane Cordier cyrianus@live.fr

Lire la suite

0

Par : Stéphane Cordier

Avec l’avènement du e-commerce, de nombreux patrons de TPE – PME qui démarrent ou évoluent d’un site vitrine vers une boutique en ligne, finissent par se retrouver à un moment ou à un autre, assis face au conseiller client d’une banque. L’objet étant de pouvoir enfin passer des opérations de cartes bancaires et recevoir des paiements en ligne dans une boutique Internet. Cet entretien n’est pas une formalité et comporte des enjeux. Pour éviter les surprises et décrocher votre contrat VAD (vente à distance) du premier coup, et dans de bonnes conditions voici quelques conseils qui pourraient peut être vous intéresser.


Pourquoi ce n’est pas automatique pour tous les marchands ?

Pour tous ceux qui ne l’auraient pas encore compris, il est temps d’accepter que votre banquier est comme vous un commerçant et qui veut comme vous des clients : mais contrairement à vous, votre banquier jouit d’un statut spécial. Il a le droit de choisir avec qui il fait affaire. Retour rapide sur les raisons de cette sélection : En matière d’e-commerce c’est assez simple à comprendre. Depuis le mois d’octobre 2008, la nouvelle norme 3D Secure impose aux banques d’authentifier les porteurs de carte de crédit. S’il vous donne son aval pour un paiement, il en prend la responsabilité. S’il devait y avoir un quelconque souci dans l’opération il se doit de l’assumer et donc payer « de sa poche ». Il est donc facile de comprendre que lorsque votre banque vous permet de passer des opérations de cartes bancaires dans le cadre d’activités de vente à distance, il établi tout comme vous, et en bon commerçant, une estimation du risque que vous représentez. Il compare naturellement ce risque aux revenus qu’il va tirer de vos activités. Mais voila, lui ne se rémunérera que d’un petit pourcentage de chacune de vos futures commandes alors qu’il appose sa garantie sur la totalité des sommes pour vous.

Comment réunir toutes les chances de votre côté pour commencer à encaisser des cartes de crédit dans votre boutique grâce à votre banque ?

Voici quelques règles élémentaires qui s’appliquent au même titre qu’une demande de financement d’un bien immobilier, ou une nouvelle voiture. Même si ces quelques conseils peuvent vous sembler anodins, l’expérience montre que nombre de TPE, PME et artisans oublient souvent de les appliquer :

Attendez le moment propice pour fixer la date de votre entretien : Si votre demande intervient dans une période peu favorable pour le solde de votre compte bancaire, patientez. D’autres solutions temporaires existent pour votre boutique en attendant des jours meilleurs. Si vous avez connus des difficultés financières plus graves, et si vous êtes fichés par exemple, il va sans dire qu’il est recommandable d’attendre que les interdictions soient levées, car bien évidement des vérifications sont faites au moment même ou vous serez reçu.

Adressez vous au bon interlocuteur :

L’internet étant un tout nouveau domaine d’activité il est fréquent que les conseillers à l’accueil (toutes les banques françaises confondues), particulièrement dans les petites agences de quartier ne parviennent pas à comprendre un piètre mot de ce qui vous amène.

Astuce : évitez les formulations de type je suis venu chercher une VAD pour encaisser des cartes sur Internet. Dites plutôt : J’entreprends actuellement la mise en place d’un magasin de vente sur Internet. J’aimerais connaître vos solutions monétiques dans le cadre de la vente à distance. J’aimerais passer des opérations de cartes bancaires et souhaiterais rencontrer un conseiller clientèle professionnel, ou au demeurant, le directeur d’agence.

En effet, ces deux interlocuteurs comprendront plus facilement votre besoin. Même s’ils ne sont pas rodés aux activités de commerce en ligne ils sauront à qui s’adresser pour obtenir les informations et les conditions liées à la mise ne place de vos solutions.

Astuce : N’attaquez pas de suite en demandant : Quels sont les taux de commission à la transaction – A ce stade, il n’est même pas encore question de vous donner le droit d’encaisser des cartes sans avoir apprécié votre projet. Notez tout de même que les commissions monétiques peuvent se négocier en fonction des volumes de commandes. Si vous créez votre boutique, Il est préférable à ce stade à nouveau d’accepter de démarrer avec un service plus onéreux en demandant au banquier de s’engager sur une possible révision des taux au bout de 6 mois.

Soignez votre présentation :

On a l’habitude de dire en France que l’habit ne fait pas le moine, mais en matière d’entretien avec un banquier, cet adage connaît des limites car avec lui, on ne dispose que d’une seule chance pour faire une première bonne impression. Gardez à l’esprit que votre banquier est sollicité tous les mois par des dizaines de bricoleurs en informatique et autres futurs vendeurs de poudre de perlimpinpin prétendant détenir la meilleure idée du monde. Promis, ils seront millionnaires en l’espace d’un mois si la banque les suit. Il s’agit donc à présent de vous démarquer des ces derniers et de rassurer votre interlocuteur.

Astuce : Faîtes un effort vestimentaire, soyez souriant, sûre de vous, et surtout détendu. De nombreux facteurs qui démontreront que vous êtes sérieux et cohérent pendant la présentation de votre projet.

L’indispensable : un dossier bien ficelé pour rassurer la banque sur la rentabilité de votre activité.

Votre plan d’action

Voici quelques pistes qui vous aideront à élaborer un petit topo qui résumera votre activité et fera comprendre a votre interlocuteur de quoi il en retourne :
Décrivez les produits ou services que vous comptez commercialiser, en n’oubliant pas de mentionner à qui ils s’adressent (vos cibles). En quoi sont-ils différents des produits proposés par vos concurrents. Inutile de dire que vos produits doivent être licites et de bonne mœurs, car au final vous êtes sur le point d’associer le logo de la banque à votre boutique.
Décrivez les tarifs que vous appliquez avec une estimation du panier moyen : Somme moyenne que les acheteurs dépenseront pour chaque visite et commande. Vous êtes libre de donner une idée des marges bénéficiaires que vous appliquez afin de sensibiliser votre interlocuteur sur les profits escomptés, en n’oubliant pas de préciser les objectifs de vente prévisionnels pour la première année d’activité.
Indiquez vos sources d ‘approvisionnement et l’avancement des négociations avec vos fournisseurs ainsi que les conditions que vous avez obtenu et la fiabilité de ces derniers.
Enfin, décrivez brièvement le plan de promotion de votre boutique (exemple campagne adword et référencement naturel) ceci démontrera que vous ne vous contentez pas de créer un magasin mais que vous avez un plan pour y attirer des clients.

Comment prouver qu’une demande existe quand on démarre ?

Si vous vendez déjà des articles dans un magasin traditionnel ou sur des canaux conventionnels, il sera assez facile d’établir une estimation de vos ventes en ligne. Votre clientèle existe déjà. Cependant, dans le cadre d’une création, la rentabilité n’est pas si facile à établir mais ce n’est pas insurmontable, voici comment :
Lors de la création de votre entreprise vous avez peut être étudié tous ces aspects dans le montage de votre dossier ACCRE avec la CCI. Il est temps de réutiliser ce dossier. La CCI a appuyé votre dossier il n’y a pas de raisons que votre conseiller ne l’appuie pas à son tour.
En bon planificateur, vous avez mené en plus une mini-étude de marché, vous détenez des statistiques de visites et de vente de magasin en ligne similaires ? Exposez vos chiffres en quelques mots.

Astuce : il suffit de saisir dans le moteur de recherche Google un nom de produit pour voir souvent apparaître des liens sponsorisés payant à droite. Plus il ya de liens plus il y a de fournisseurs pour ce créneau certes. Mais cela veut aussi dire que le marché est concurrentiel car une réelle demande existe. Autre source d’information : le site d’enchère eBay permet d’estimer en temps réel la demande pour un produit. Faites un inventaire qui démontre la demande pour une catégorie ou un article particulier sur Internet.
Toutes ces informations prouveront que vous connaissez votre dossier et le secteur dans lequel vous opérez. Ces informations démontrent également que votre plan est murement réfléchi et étudié. Ceci ne peut que satisfaire votre interlocuteur qui au final s’engage a vos côtés : gagnant pour la banque, gagnant pour vous. Évoquez brièvement l’existence d’un plan de repli et d’une garantie, qui sont les gages d’un entrepreneur sérieux.

Astuce : En plus de la copie de votre extrait K-bis, et de votre pièce d’identité, préparez si vous le pouvez un petit dossier que résume les grands axes de votre projet que vous pourrez laisser à votre interlocuteur.

Montrez que vous avez de bonnes pratiques

Vous avez déroulé votre plan commercial, il tient la route certes, mais qu’en est-il de votre façon de vendre en ligne ?
Les banques préfèrent accorder des autorisations de Vente à Distance à des marchands qui utilisent des solutions de boutique intégrés à leurs propres systèmes plutôt qu’a des sites bricolés. Ceci pour des raisons évidentes de validation technique liée à la sécurité. Par expérience ces logiciels renommés proposent des plateformes stables avec de bonnes pratiques dans le traitement des données sensibles lors d’une transaction. Les commandes sont dans les normes et permettent aux marchands de détecter les incohérences dans les identités et les adresses de livraison. C’est un filtre de sécurité supplémentaire que les banques ne manquent pas d’apprécier. Le logiciel de création de boutique en ligne www.shopfactory.fr/spplus est particulièrement apprécié par les banques du fait d’un grand nombre d’utilisateurs.

Que se passe-t-il suite à l’entretien ?

Voila… le rendez-vous à eu lieu, vous avez remis votre dossier. Un établissement professionnel devrait pourvoir vous répondre positivement dans la semaine. En fonction des banques le conseiller lui-même pourra donner un accord de principe et dans d’autres cas un aval de la hiérarchie sera nécessaire. Un rendez vous ultérieur vous permettra de signer les documents. Profitez-en pour demander de suite votre autorisation VAD.

Astuce : Si vous n’obtenez pas de réponses positives il ne sert a à rien de s’énerver. Au vu de tous les documents que vous venez d’exposer c’est l’occasion de connaitre l’avis d’un professionnel sur les motivations qui le poussent à refuser votre autorisation alors qu’il a bien pris connaissance de votre projet. Il se pourrait même qu’il soit en train de vous rendre un sacré service en vous indiquant de remettre le projet à un peu plus tard ou de valider certains aspects incohérents qui seraient passés inaperçus à vos yeux.

Quelles sont les banques avec qui vos chances sont les plus fortes quand on est une TPE, PME ?

Si vous démarrez votre activité, il est préférable de s’adresser à une banque qui favorise la création d’entreprise et des micro-entreprises en général, plutôt qu’une grosse banque d’affaires. Il suffit de regarder les publicités autour de vous pour vous faire un avis sur les prédispositions naturelles des différentes enseignes au niveau national.

Stéphane Cordier cyrianus@live.fr

Lire la suite