0

Si vous n’avez que peu de visiteurs vous aurez très peu de prospects et réaliserez encore moins de ventes. Le trafic est une condition nécessaire même si elle n’est pas suffisante à l’obtention régulière de commissions (il ne faut pas oublier d’autres conditions telles le taux de conversion de vos visiteurs en prospects ni celui de vos prospects en clients).

Lorsque vous essayez de promouvoir votre entreprise ou de votre produit ou lorsque vous essayez d’amener les gens à venir à votre site Web il y a certaines choses que vous devez faire. Il y a deux façons principales qui vous permettent d’obtenir plus de visiteurs à votre site Web.
Les deux principales techniques que vous allez devoir utiliser est de
– créer des titres percutants et
– écrire des articles riches en contenu.

Ecrire des Titres Percutants
Si vous souhaitez avoir plus de visiteurs sur votre site, il vous faut créer des titres percutants. Ces titres vont être la première chose que vos lecteurs vont lire.
Aussi quand quelqu’un veut diffuser votre article à sa liste, le plus souvent il/elle n’indiquera que le titre de votre article. C’est donc le titre de votre article qui fera que votre article sera lu ou non.

Le titre de votre titre permettra de déterminer si quelqu’un va cliquer pour le lire ou non. Le titre doit attirer l’attention du lecteur.
Si vous créez des titres percutants, les médias sociaux vous apporteront davantage de visiteurs.

Rédaction d’articles riches en contenu
Pour pouvoir retenir l’attention des visiteurs il est nécessaire que vous écriviez des messages riches en contenu
Ces messages et des articles de haute qualité vous aideront à avoir de bien meilleurs classements dans les moteurs de recherche.
Votre article doit avoir pour objectif de répondre à une question que votre lecteur se pose ou pourrait se poser. Les articles que vous posterez doivent fourni à vos lecteurs des informations dont ils auront besoin pour résoudre leur problème. L’aide que vous apporterez en les aidant à résoudre un problème vous aidera à mieux faire connaître votre site web.
Les informations que vous leur rapportez doivent se démarquer de ce qu’ils trouvent ailleurs et leur être très utiles.
Evitez les copier/coller. Il vous faut apporter un plus par rapport à d’autres sites web. Lors de la rédaction de vos articles il vous faut choisir de bons mots clefs ou série de mots clefs qui peuvent être reliés par – (soulignement du 6 sur les claviers Azerty)

Mais pour en savoir plus sur la génération de trafic sur votre site web et l’obtention de commissions grâce au marketing internet je vous suggère de visionner une série de vidéos sur le Marketing Internet.
http://formation-affiliation-rentable.com
A propos: Mon nom est Philippe Billard. Mon objectif est de vous aider dans le Marketing Internet grâce aux informations que j’ai apprises dans différentes formations video pro.
http://formation-affiliation-rentable.comhttp://free-plr.net

Lire la suite

0

epokhe – Si vous deviez embaucher un référenceur, quels seraient les compétences exigées ?

Portrait de Bruno HossenloppLe référencement est, pour cette agence alsacienne de création de sites Internet, un enjeu majeur. La demande est forte, et l’année 2007 semble confirmer la tendance haussière de 2006. Aussi, en matière de référencement, Bruno Hossenlopp exigerait d’un référenceur de solides connaissances techniques (XHTML/CSS, bases PHP/MySQL) et une approche e-marketing étendue.


Dans la mesure où il n’existe aucune formation dans ce domaine, la connaissance du monde du référencement est un préalable. Pour être en mesure de conseiller efficacement les clients de l’agence, le référenceur se doit d’être pragmatique et d’être capable d’analyser précisément l’univers sémantique et marketing des clients. Et, il semble que ces compétences soient difficilement à trouver … Pour finir, une certification AdWords serait un plus appréciable car, chez Alsasys, la visibilité naturelle va de pair avec les liens sponsorisés.
epokhe – Quels sont, selon vous, les 3 balises ou attributs les plus importants, dans le cadre de l’optimisation technique d’un Site Internet ?

Parmi les professionnels issus du search, les secrets d’optimisation technique sont largement partagés. Toujours est-il que ma jeune expérience m’a conduit à travailler avec différentes agences web, et qu’il semble que la réponse à cette question ne soit pas si aussi évidente que cela.

Aussi, pour Bruno Hossenlopp, les fondamentaux sont le titre du document (title), la description (afin de présenter des résultats efficaces sur les pages de résultats d’index des moteurs) et enfin, les différents niveaux de titre (Hn) dans le corps de la page, avec un intérêt certain pour le titre de niveau 1 (H1).
epokhe – Etes-vous satisfait des résultats présentés par Google ? De nouveaux entrants commencent à faire parler d’eux (Windows Live et ses pubs télé, Exalead et son concours de référencement), Wikipédia et son moteur social. Que pensez-vous de ces moteurs ? Ont-ils, selon vous, une chance de s’imposer ?

Bruno Hossenlopp est clair. Google est, pour lui, un outil fabuleux, très ergonomique et facile d’utilisation. Même si certaines requêtes n’offrent pas toujours la pertinence souhaitée, les différentes commandes (notamment la recherche entre guillemets) permet d’affiner les résultats et de rester pleinement satisfait de l’outil.

Parmi les nouveaux entrants, Bruno Hossenlopp pense que le moteur Live Search a de l’avenir. Par contre, il reste plus sceptique quant à la participation effective des internautes (”les gens n’auront pas le temps”) au processus long et minutieux de la pertinence prônée par le moteur Wikipédia.
epokhe – Comment envisagez-vous l’avenir du référencement naturel ?

Pour Bruno Hossenlopp, le référencement naturel a de beaux jours devant lui. Seulement, il semble qu’il soit nécessaire de pondérer cette notion en distinguant nettement la recherche, disons “de notoriété”, et la recherche locale. En effet, Bruno Hossenlopp estime que certains secteurs (les téléphones portables, l’informatique …) sont saturés et qu’il est impossible de rattraper l’ancienneté acquise par certains marchands d’envergure nationale.

De plus, il pose la question : Quel est l’intérêt de se positionner au niveau national si votre client ne livre physiquement que sur la région ? 80% des demandes concernent le local. Les internautes commencent à cibler davantage leurs demandes. En effet, ils exigent de la proximité et expriment un besoin de réassurance. La recherche locale offre donc, selon Bruno Hossenlopp, un fort potentiel pour les années à venir.

Interview téléphonique en date du 2 janvier 2006. Arnaud Briand – Référenceur professionnel
http://www.epokhe.com/portfolio/

Lire la suite

0

Les Droits De Label Privé ou Private Label Rights
C’est Quoi Ce Truc ? A Quoi Ca Sert ?

Depuis l’avènement de l’Internet, les affaires ont été bonnes, et même meilleures que par le passé. La raison en est que l’Internet offre le moyen le plus rapide et le moins coûteux pour diffuser de l’information pour les entreprises et leurs produits.


Ainsi, la plupart des entreprises savent que la multiplication des affaires en ligne va certainement accroitre leur potentiel de génération de revenus.

Cependant, la plupart des chefs d’entreprises en ligne, soutiennent que, pour qu’une activité en ligne génère de bons revenus, celle-ci doit s’orienter vers ses propres produits. Il faut considérer que tout peut se vendre. Ainsi même les pensées que vous avez dans votre esprit peuvent être à l’origine d’un produit. La vente de ce produit lorsqu’il est présenté sur l’Internet pourra susciter un vif intérêt pour certaines personnes.

Mais contrairement à ce que les gens croient, avoir vos propres produits ne doit pas être limitatif. Si nous prenons l’exemple d’un « produit d’information », appelée aussi « infoproduit » (e-book, page de vente, logiciel, script, audio mp3, vidéo,…). Ne négligez pas un potentiel que vous pouvez exploiter avec une « licence » que vous pouvez acquérir en ligne. Cette licence est mieux connue sous l’appellation de Droit de Label Privé (Private Label Right).

Le Droit de Label Privé est l’un des trois « droits fondamentaux » qui est associé au concept de droits de revente et de marketing. Rappelons ces trois droits fondamentaux:

* Droit de Revente
* Droit de Revente Maître
* Droit de Label Privé

Parmi les trois, les Droits de Label Privé sont considérés comme les plus rémunérateurs et les plus gratifiants.

La licence des Droits de Label Privé est représentée par un certificat ou une autorisation qui est attachée par un « point d’information ». Fondamentalement, la licence des Droits de Label Privé a pour but de permettre à une personne de transformer, de réorganiser, de changer ou d’améliorer les éléments d’un « pack produits » pour orienter son marché en fonction de la niche ciblée (part de marché ciblé) ainsi que des ses aspirations personnelles.

Par exemple, si vous disposez d’un Droit de Label Privé, vous pouvez facilement séparer le contenu d’un e-book, et trouver une clientèle pour ce contenu transformé en parties (cours, articles, audios, vidéos, etc…).

Mais ce qui reste de loin le plus extraordinaire, c’est qu’avec les Droits de Label Privé il est possible d’avoir la démarche inverse. Par exemple, si vous avez acheté un ensemble de produits d’information comme un recueil d’articles, vous pouvez facilement les rassembler sans aucun risque vis-à-vis de la loi. Vous pouvez assembler les différents articles de différents propriétaires. Et ainsi, sur un thème commun, il est tout à fait possible de donner naissance à un chef d’œuvre de création.

En outre, avec le Droit de Label Privé, il vous suffit d’ajouter quelques informations sur le produit afin de le rendre plus attractif et utile qu’il ne l’est déjà. Avec un peu de créativité vous aurez de la satisfaction puisque ce produit sera réellement le votre.

Mieux encore, vous pouvez vous annoncer comme étant l’auteur de cette œuvre. Il s’agit la du plus lucratif aspect de la licence Droits de Label Privé. Vous n’aurez pas à payer des royalties à l’auteur fantôme ou à l’auteur original.

Si vous n’avez pas encore pris conscience des avantages liés à l’exploitation du Droit de Label Privé, voici une liste de quelques-uns de ces avantages :

1. Il vous permet d’afficher votre nom et celui de votre entreprise pour vous faire connaitre.
Sous licences en Droits de Label Privé, vous pouvez facilement acquérir des produits informatifs « Infoproduits » que vous pouvez utiliser comme les vôtres. Cela vous permet ainsi de créer facilement votre propre produit et de devenir rapidement un professionnel qualifié dans ce domaine.
En retour, cela vous permet de dégager plus de confiance vis-à-vis de vos prospects, en effet vos prospects ont besoin de cette confiance pour acheter vos produits et devenir vos clients.

2. Il déclenche la créativité.
L’un des gros avantages des Droits de Label Privé et qu’ils vous ouvrent les portes de la créativité de mille et une façons. Vous pouvez ainsi assembler les différents éléments afin de proposer un produit nouveau issu de votre travail original et cela sans grande difficulté.

3. Développer un produit!
Avec les Droits de Label Privé, vous pouvez simplement modifier ou améliorer un produit qui par exemple ne correspond pas à vos goûts ou aux besoins que vous lui destinez. De cette façon, vous pouvez Gagner du Temps en évitant la recherche de produits qui sont totalement inutiles et économiser de l’argent en évitant de créer un tout nouveau produit en partant de rien.

Cependant, même si certaines personnes prétendent que vendre ses créations en Droits de Label Privé est totalement contraire à l’éthique, on peut simplement constater que le fait d’utiliser ce principe est également bénéfique pour le vendeur. Surtout si le produit a déjà presque atteint la phase finale de sa durée de vie sur le marché.

Pour cet intérêt marketing, les auteurs doivent apprendre à passer la main et à permettre d’éventuelles modifications de tout produit qui aurait déjà perdu son potentiel générateur de revenu. En autorisant d’autres personnes à modifier ou améliorer les caractéristiques de ce produit, sa promotion pourra continuer. Ce produit retrouvera un nouveau souffle. Ainsi, le cycle se poursuivra.

Les bases des Droits de Label Privé ne sont pas seulement nécessaires pour la plupart des marketeurs Internet qui souhaitent gagner plus, en dehors de leurs propres produits. Dans le milieu des affaires et pour l’ensemble du marché, ce système permet de créer une relation et de recevoir ce potentiel relationnel en retour. Et c’est exactement sur ce point que le revenu génère toute sa puissance.

Vous Souhaitez en Savoir plus sur l’Extraordinaire Pouvoir de
La licence en Droits de Label Privé :

http://url-ok.com/559595

http://url-ok.com/409fee

Chimiste pendant plusieurs années puis informaticien depuis plus de 11 ans. Passionné par les nouvelles technologies. S’intéresse fortement au développement personnel et au marketing internet. Webmaster et Editeur Internet. http://www.maevapub.com

Lire la suite

0

Souvent nous avons tendance à croire que ceux qui réussissent sur Internet sont ceux qui ont les moyens de se payer les services d’un consultant web. Attention ce n’est pas toujours le cas. Si vous souhaitez attirer des milliers de visiteurs par jour sur votre site Internet, cela peu se faire très facilement sans débourser un sous, mais attention, je dis prudence. Apprenez dabord comment évitez de vous faire avoir. Voici quelques conseils :

Évitez les services de soumission automatisés.


La très vaste majorité des moteurs de recherche, annuaires, et service d’annonces classées exigent maintenant qu’un code de sécurité soit entré manuellement afin de procéder à l’inscription de votre site où d’une annonce. C’est le cas de moteurs comme celui de Google ainsi que AltaVista. Il ne sert donc plus à rien d’acheter un logiciel de soumission automatique où de payer pour faire l’utilisation d’un service de soumission automatique en ligne, qui est qui est loin de se comparer à un service de référencement manuel professionnel. Soit que vous soumettez personnellement votre site manuellement, où encore il est conseiller de faire affaires avec l’un de ces services de référencement professionnel.

Évitez également les pages FFA(Free For All).

Ces pages contiennent des milliers de liens, qui évoluent très rapidement en raison du grand nombre de soumissions. Puisque votre lien n’est visible que pour un court moment, les chances, que votre site soit visité sont très minces. C’est ce qui fait que les pages FFA ne sont pas indexées par les moteurs de recherche.

Évitez les visionneuses

Ces services en ligne vous permettent de visualiser les sites des autres membres en échanges de crédits vous permettant d’être vu à votre tour par ceux-ci. Il faut savoir que les gens ne s’intéresseront pas à votre site, car le but est d’accumuler des points pour que leurs sites soient vus. De plus, les hébergeurs de site Internet n’aiment pas ce genre de service, car cela génère du trafic inutilement sur leurs serveurs en plus d’engendrer des coûts supplémentaires de la bande passante. Il y a de quoi à donner des mots de tête aux administrateurs de réseaux.

Évitez les SafeLists ainsi que les Blasteurs

Les SafeLists sont en réalité des listes de diffusions où il est permis de faire connaître son site Internet, ses produits, ou programmes d’affiliation via courriel à tous les membres de ces listes. Ne perdez pas de temps avec les SafeLists puisque les chances sont que votre offre ne sera jamais lu en raison du trop grand nombre de courriels reçus. Puisque ces listes possèdent des milliers de membres et que chacun essaie de faire connaître son offre, cela signifie, que vous recevrez des milliers de messages par jours dans votre boite aux lettres électronique. Donc vous devinez que ceux-ci seront effacés par 97% des membres, question de faire de la place dans leurs boites de courrier électronique, et ainsi éviter de se faire bannir par les administrateurs de ces listes.

Les Blasteurs sont connus comme étant des services automatisés vous permettant d’envoyer votre offre par courriel à des centaines de millier de SafeLists, sans que vous n’ayez besoin d’adhérer à celles-ci. Un bon conseil : Évitez ce piège puisque 99% de ces services ne sont que des arnaques et votre message ne sera jamais vu par personne. Les blasteurs créer simplement une illusion comme quoi votre message sera envoyer à des listes qui en réalité n’existent pas.

En conclusion, si vous désirez augmenter le nombre de visites sur votre site de façon significative, utilisez plutôt les blogues, les communautés de réseaux sociaux, les services d’annonces classées, les forums de discussion, ainsi que les sites où il est possible d’échanger votre contenu avec d’autres webmasters. Cela contribuera à vous propulser vers le succès.

Visitez le site Internet au http://www.lintersection.com Marc Johnson – Consultant en gestion et développement d’entreprise sur Internet

Lire la suite

0

Vous voulez inciter les visiteurs de votre site à laisser leurs coordonnées en leur offrant un ebook gratuit? Vous souhaitez écrire un premier ebook pour bénéficier du statut d’expert qu’un livre peut vous procurer ?
Mais vous vous demandez comment faire, si cela marchera pour votre secteur d’activité, quelle taille doit faire votre ebook, ce que vous devez mettre dedans, etc.
Aucune contre-indication !
Vous pouvez proposer avec succès un ebook gratuit sur votre site :
– Quel que soit votre secteur d’activité
– Quel que soit le public que vous ciblez : des particuliers, des entreprises, des professionnels, des hommes ou des femmes, des amateurs de moto ou des adeptes de la manucure…
La clé, c’est de trouver un angle d’approche qui apporte une valeur ajoutée à votre public. Par exemple, s’il y a une question que tous vos prospects se posent, c’est une bonne idée d’écrire un ebook qui apporte des éléments de réponse à cette question. Vous êtes sûr que cela les intéressera, et qu’ils laisseront leurs coordonnées sur votre site pour obtenir gratuitement votre ebook.
Pas besoin d’écrire un roman


– Pas besoin d’en faire des tonnes, votre ebook ne peut faire qu’une dizaine de pages. Si, si ! En moyenne un mini-ebook contient de 10 à 30 pages.
– Définissez un objectif clair : à qui vous adressez vous ? à quelle problématique souhaitez-vous apporter des éléments de réponse ?
Pour vous aider, vous pouvez choisir de présenter  » 3 méthodes pour… [répondre à la problématique de vos prospects] » ou de répondre à la question  » comment faire pour … ? [ la question que se posent vos prospects] « .
Par exemple  » 3 méthodes pour préparer un plat végétarien avec un robot mixer  » ou  » 3 tenues de plage pour moins de 30 euros « . Ou encore  » Comment faire p our ranger sa maison en 10 minutes par jour ?  » ou « Comment faire pour trouver le bon barbecue à installer dans son jardin ?  »
A vous de jouer : définissez en quelques mots l’objectif de votre ebook :
—————————————————————————————–
—————————————————————————————–

– Définissez la structure de votre ebook en 3 à 7 idées clé. Ces idées clé sont les grands éléments de réponse que vous souhaitez apporter à vos lecteurs. Par exemple, si vous écrivez l’ebook  » Comment faire pour ranger sa maison en 10 minutes « , il y aura peut-être 5 grandes idées : 2 min par jour pour faire la poussière, 3 min par jour pour remettre chaque chose à sa place, 2 min par jour pour les vitres et 3 in par jour nettoyer une pièce en particulier.
A vous de jouer : définissez les 3 à 7 éléments de réponse :
—————————————————————————————–
—————————————————————————————–
—————————————————————————————–
—————————————————————————————–
—————————————————————————————–
—————————————————————————————–
—————————————————————————————–
—————————————————————————————–

Assemblez, Organisez, Finalisez !
– Assemblez : pour chaque idée clé définie ci-dessus, assemblez le matériel à votre disposition. Par matériel j’entends tout ce qui peut apporter du contenu: une idée, une phrase qui vous vient à l’esprit, un chiffre que vous avez lu, une photo, un schéma, …. Tout ce qui vous vient à l’esprit, et qui vous tombe sous la main en rapport avec l’idée clé.
– Organisez : triez ce qui apporte une valeur ajoutée, jetez le reste. Et mettez les éléments dans un ordre qui vous paraît logique. N’oubliez pas : vous n’êtes pas à l’école ! L’objectif n’est pas de faire la meilleure dissertation. L’objectif, c’est juste d’apporter des éléments de réponse dans un domaine que vous connaissez bien, à des gens qui veulent apprendre ce que vous savez. Alors ne vous prenez pas la tête. La logique sera celle que vous voudrez. Mais si vous expliquez comment monter un château en lego, vous ne pouvez pas commencer par expliquer comment mettre la dernière brique tout en haut, n’est-ce pas ?
– Finalisez : ouvrez un document word, notez tout en haut la problématique à laquelle vous apportez des éléments de réponse. Puis notez en dessous les 3 à 7 grandes idées clé. Laissez une page vide sous chaque idée clé. Ensuite, sous chaque idée clé, reportez le matériel que vous avez conservé, dans l’ordre que vous avez défini. Si c’est une photo, ou un schéma : importez-le dans votre document word. Si c’est une idée, ou un e phrase : écrivez-la. Etc.
– Relisez , mettez les grandes idées en gras. Aidez-vous du correcteur d’orthographe de Word pour vérifier qu’il n’y a pas de faute bête. Mettez un peu de couleurs, de gras, de souligné ici et là pour faciliter la lecture. Voilà, vous avez écrit votre premier ebook ! Félicitations ! Foncez le proposer aux visiteurs de votre site …

•- © 2008 Emilie Hemmer VOUS VOULEZ PUBLIER CET ARTICLE SUR VOTRE SITE OU VOTRE EZINE? Vous avez l’autorisation de le faire tant que vous le publiez dans son int&e acute;gralité, sans aucun changement, et en y ajoutant le paragraphe suivant: « L’infopreneuse Emilie Hemmer, « Miss Info Marketing », est co-fondatrice de la société de création de sites Rosaweb et éditrice du magazine hebdomadaire PopAffaires. Pour découvrir les techniques qui vous permettront de gagner enfin de l’argent avec votre site et vous abonner GRATUITEMENT au magazine, visitez http://www.popaffaires.com/ « 

Lire la suite

0

Près de six mois après voir été adoptée officiellement, la loi Chatel sur la consommation est entrée en vigueur le 1er juin.
La Loi Chatel, c’est quoi ?
La loi Chatel est une loi dont l’objectif affiché est de renforcer les droits du consommateur dans les domaines des télécoms et d’internet. Elle concerne donc à la fois les consommateurs et les acteurs de services Internet et de télécoms.


Une loi décriée
Dès sa sortie, certains amendements de cette loi ont provoqué des critiques virulentes, notamment de la part des acteurs de e-commerce. François MOMBOISSE, le président de la FEVAD (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) s’est même demandé « Pourquoi tant de haine ? » [Envers les acteurs du e-commerce].
Pourtant, le principal reproche qui est fait à propos de cette loi concerne son processus de rédaction : d’après Mr Monboisse, le Ministre aurait refusé de rencontrer les principaux professionnels du e-commerce jusqu’à fin avril … soit plus de trois mois après l’adoption officielle de la loi !
Quelles sont les répercussions de cette loi sur votre site e-commerce ?
Comme nul n’est censé ignorer la loi… voici un petit résumé de tout ce qu’un e-commerçant doit savoir pour appliquer cette nouvelle loi.
1°) « Indiquer, avant la conclusion du contrat, la date limite à laquelle il s’engage à livrer le bien ou exécuter la prestation de services »
L’objectif de cet amendement est d’obliger le commerçant à s’engager sur une date maximale de livraison de la commande faite par son client internaute. Si cette condition n’est pas respectée, le consommateur pourra annuler son chat.
La principale critique concernant cet amendement, c’est qu’il parle d’une « date » et non d’un « délai » de livraison.
2°) « Fournir des coordonnées téléphoniques permettant d’entrer effectivement en contact avec le vendeur »

Cette mesure ne devrait pas poser problèmes aux sites de e-commerce sérieux. Ils appliquent déjà cette mesure, comme Mr Jourdain faisait de la prose sans le savoir ;-);est bien votre cas non ? Vos coordonnées sont bien indiquées en évidence sur votre site ?
3°)  » Les moyens de communication permettant au consommateur de suivre l’exécution de sa commande, d’exercer son droit de rétractation ou de faire jouer la garantie ne supportent que des coûts de communication, à l’exclusion de tout coût complémentaire spécifique  »
En clair : il est interdit aux e-commerçants d’utiliser un numéro surtaxé pour les suivis de commande ou les questions liées aux garanties. En revanche, il est toujours autorisé d’utiliser un numéro surtaxé pour prendre les commandes d’un client.
Mais certains professionnels du e-commerce comme Juan Pirlot de Corbion, directeur de Chapitre.com pointent déjà du doigt un effet pervers de c et amendement : si chaque société de e-commerce dispose de deux numéros de téléphone, l’un surtaxe pour enregistrer de nouvelles commandes, et un autre non surtaxé pour gérer le service après vente, tous les clients tenteront d’appeler le service clientèle pour passer une nouvelle commande. Ce qui peut rapidement devenir ingérable.
La tendance serait donc de ne créer qu’une seule ligne de téléphone non surtaxée. Mais cela représente un manque à gagner de plusieurs centaines de milliers d’euros pour les sites les plus importants…
4°) Indiquer « l’existence d’un droit de rétractation, et ses limites éventuelles ou, dans le cas où ce droit ne s’applique pas, l’absence d’un droit de rétractation »
Les e-commerçants seront obligés d’indiquer clairement, lors de la conclusion de la vente, si le client pourra ou non exercer son droit de rétractation dans un délai de 7 jours après la livraison.
5°) « Lorsque le droit de rétractation est exercé, le professionnel est tenu de rembourser le consommateur de la totalité des sommes versées, dans les meilleurs délais »
Si vous indiquez clairement que vous acceptez le droit de rétraction du client dans les 7 jours après la vente (délai légal de rétraction pour toute vente à distance), vous devrez rembourser le client du montant intégral de sa commande.
Cet amendement est peut-être celui qui a le plus donné lieu à des interprétations polémiques. De nombreux acteurs du e-commerce ont déduit de cet amendement que le e-commerçant devrait à la fois rembourser le client du montant de sa commande, et des frais de ports déboursés par le client pour retourner le produit.
Or il s’avère que l’article L. 121-20 précise que : « Le consommateur dispose d’un délai de sept jours francs pour exercer son droit de rétractation sans avoir à justifier de motifs ni à payer de pénalités, à l’exception, le cas échéant, des frais de retour. »
Si le client se rétracte et annule une vente qu’il a faite sur votre site, la situation est donc simple :
Vous, le e-commerçant : vous remboursez le client du montant exact qu’il vous a versé lors de sa commande. Ce montant comprend le montant de la marchandise achetée, et les frais de ports qui s’ajoutaient éventuellement.
Mais c’est le client qui paie les frais pour vous r envoyer la marchandise.
Cette mesure pose plusieurs questions:
• Les modes de livraison proposés par les vendeurs vont-ils évoluer, pour imposer des alternatives moins rapides, mais aussi moins chères que des modes de livraison ultra-rapides type Colissimo ?
• Que se passe-t-il si le client se rétracte sur l’achat d’un produit, alors qu’il avait commandé 3 produits dans le même bon de commande ? Le e-commerçant doit-il rembourser les frais de ports sur l’ensemble du colis ? Ou en proportion ?
• Les clients vont-ils abuser de cette clause pour se faire livrer des objets, les tester, et les renvoyer s’ils ne leur plaisent pas, ou s’ils n’en ont plus besoin ? Cette clause a été votée il y longtemps en Allemagne. Et de tels cas d’abus ont été notés : des clients achètent par exemple une veste en 3 tailles. A réception ils essaient les 3 vestes, et retournent les 2 qui ne leur vont pas. En demandant bien sûr le remboursement des frais de ports initiaux. Ou bien ils commandent un produit, ils l’utilisent un week-end (une tente de camping par exemple), et la retourne le lundi (toujours dans le délai des 7 jours), alors qu’ils n’en ont plus besoin…
• Cette clause aura-t-elle tendance, comme on peut le pressentir, à favoriser les grosses sociétés qui peuvent se permettre de proposer les frais de ports gratuits et/ou d’endosser des taux de retour plus importants, et va-t-elle pénaliser encore les petits e-commerçants qui ne peuvent pas se passer de faire payer ces frais de ports ?
Maintenant à vous de jouer: que devez-vous modifier sur votre site pour respecter la loi Chatel? Reprenez les 5 points et ouvrez votre site en parallèle pour vérifier point par point l’application de la nouvelle loi, et faire les modifications nécessaires le cas échéant…

© 2008 Emilie Hemmer VOUS VOULEZ PUBLIER CET ARTICLE SUR VOTRE SITE OU VOTRE EZINE? Vous avez l’autorisation de le faire tant que vous le publiez dans son intégralité, sans aucun changement, et en y ajoutant le paragraphe suivant: « L’infopreneuse Emilie Hemmer, « Miss Info Marketing », est co-fondatrice de la société de création de sites Rosaweb et éditrice du magazine hebdomadaire PopAffaires. Pour découvrir les techniques qui vous permettront de gagner enfin de l’argent avec votre site et vous abonner GRATUITEMENT au magazine, visitez http://www .popaffaires.com/ « 

Lire la suite

0

Une des meilleures actions que vous puissiez faire pour optimiser votre activité sur Internet, c’est de tester, tester, et encore tester votre e-business…
Pour vous aider à mettre en place cette action à la fois très simple, mais qui nécessite de la rigueur et de la régularité, je vous propose une méthode en 4 temps.


1. Mesurez
« Tout ce qui est mesurable est optimisable ». Si vous avez vu le documentaire d’Al Gore, « Une vérité qui dérange », vous vous souvenez peut-être de cet adage. Al Gore faisait alors référence au fait que pour lutter contre les effets du réchauffement climatique, il avait d’abord fallu que l’homme mesure la réalité du réchauffement climatique.
Il en va de même avec une entreprise, sur Internet ou pas.
Et ce qui est bien avec Internet, c’est que vous avez la possibilité d’avoir de nombreuses mesures précises, pour chaque mois, et même chaque jour :
– nombre de visites
– nombre des visiteurs
– nombre de commandes
– chiffre d’affaires généré par le site
– taux de transformation d’un visiteur en client
– nombre moyen de commande par client
– nombre de pages vues par visite
– nombre de visites par visiteurs
– …
Les indicateurs dont vous disposez, ou que vous pouvez facilement créer à partir des informations en votre possession sont innombrables.
Chacun d’eux vous permettra de connaître un peu mieux la santé de votre e-commerce, … et d’identifier les points faibles sur lesquels travailler.
2. Segmentez
Segmentez votre activité e-commerce de façon à identifier différents paramètres que vous pourriez tester.

Ces paramètres peuvent être de plusieurs natures :
– des paramètres commerciaux, liés aux arguments commerciaux utilisés sur votre site pour convaincre ou donner envie d’acheter à vos visiteurs ;
– des paramètres promotionnels, liés à ; la façon de promouvoir votre site :
– des paramètres techniques, liés à la navigation sur le site par exemple
L’objectif est d’identifier des éléments que vous pourriez modifier pour trouver la configuration qui est la plus efficace.
Par exemple, parmi les paramètres commerciaux, vous pouvez identifier des éléments aussi simples, mais importants que : le slogan de votre site, le texte de la page d’accueil, le titre des rubriques de votre site, les textes de présentation de vos produits, la présence d’un numéro de téléphone sur la page d’accueil, …
Après avoir identifié ces éléments, vous allez pouvoir les tester (cf étape 3) pour définir la version la plus optimale pour votre site.
En ce qui concerne les paramètres professionnels, vous pouvez par exemple prévoir de tester : des annonces sur Google différentes, des mots-clé différents, de nouveaux sites d’annonces, un encart publicitaire d’une autre couleur etc.
Enfin, en ce qui concerne les paramètres techniques, voici quelques idées d’éléments à tester : le positionnement du bouton « panier », l’ergonomie pour accéder à un produit, la couleur du fond, la taille de la police pour le texte d’accueil…
3. Testez
Vous avez identifié un ensemble de paramètres que vous souhaitez optimiser ? Il est temps maintenant de les tester. Mais attention, pas n’importe comment !
– ne testez qu’un seul paramètre à la fois
– définissez plusieurs versions de ce paramètre
– puis mettez en place une seule de ces versions à la fois, pour une période définie : par exemple, changez de version chaque semaine. Si vous avez défini 4 versions du paramètre, admettons 4 versions du slogan qui est sur votre page d’accueil, et que vous changez de version une fois par semaine, vous mettrez un mois à tester ce paramètre « slogan »
– notez au début de chaque période la date et la version mise en place
– notez à la fin de chaque période les indicateurs importants (nombre de visiteurs, chiffre d’affaires généré etc.)
– lorsque vous avez testé les différentes versions, comparez les indicateurs pour chaque version
4. Optimisez
A chaque fois que vous avez terminé de tester un paramètre, conservez la version la plus efficace.
Attention toutefois à faire des tests qui s oient significatifs : si vous avez encore peu de visiteurs, moins de 1500-2000 par mois, je vous conseille de tester les différentes versions d’un paramètre non pas à périodes régulières, mais à chaque pallier de 1000 visites. Cela prendra peut-être plus de temps, mais vous serez sûr de bien cerner la version la plus optimale de chaque paramètre de votre activité e-commerce. Et ça, c’est un investissement gratuit qui peut vous rapporter beaucoup !

© 2008 Emilie Hemmer VOUS VOULEZ PUBLIER CET ARTICLE SUR VOTRE SITE OU VOTRE EZINE? Vous avez l’autorisation de le faire tant que vous le publiez dans son intégralité, sans aucun changement, et en y ajoutant le paragraphe suivant: « L’infopreneuse Emilie Hemmer, « Miss Info Marketing », est co-fondatrice de la société de création de sites Rosaweb et éditrice du magazine hebdomadaire PopAffaires. Pour découvrir les techniques qui vous permettront de gagner enfin de l’argent avec votre site et vous abonner GRATUITEMENT au magazine, visitez http://www.popaffaires.com/ « 

Lire la suite

0

Sur 1000 personnes qui visitent votre site Internet, savez-vous combien se transforment en clients et achètent vos produits ? Si votre site est dans la moyenne, la proportion de visiteurs qui deviennent clients est probablement de 1 à 10 visiteurs. Seulement. Que deviennent les 990 autres visiteurs ? Rien, ils quittent votre site et pour la plupart ne reviendront jamais….


Quel gâchis. Vous passez du temps, vous investissez beaucoup pour augmenter le trafic sur votre site. Mais 990 visiteurs sur 1000 sont tout simplement gâchés. Comment améliorer ce taux, et ne pas laisser partir sans rien faire ces visiteurs qui n’avaient pas envie d’acheter tout de suite ?
En offrant à ces visiteurs une raison de vous laisser leur email, et de garder le contact avec eux à l’avenir. Vous pourrez ainsi régulièrement les informer de nouveaux produits, de promotions, leur donner quelques tuyaux dans votre domaine d’activité pour qu’ils se souviennent de vous… et reviennent sur votre site.
ETAPE 1 – Donnez avant de recevoir
Pour que vos visiteurs enregistrent leur email sur votre site, vous devez d’abord leur donner une raison forte de le faire. Aujourd’hui, comme vous en faites probablement l’expérience vous-même, tous les internautes ont des boîtes email polluées par des publicités non sollicitées. En conséquence, nous devenons tous de plus en plus réticents à laisser notre adresse email à des inconnus. Pour dépasser cet obstacle, vous devez proposer quelque chose de gratuit et de très intéressant pour vos prospects. C’est ce qu’on appelle un « incentive », un appât qui va inciter les visiteurs à laisser leur email.
Mais donner quoi ?
Un rapport gratuit de quelques pages su r un sujet qui les intéresse, une petite vidéo rigolote, une remise sur l’un de vos produits, un échantillon gratuit, un service gratuit (livraison) pour toute commande avant une certaine date etc.
ETAPE 2 – communiquez votre incentive auprès de vos prospects
La première chose consiste à présenter clairement sur votre site l’incentive que vous offrez. Il doit être présenté sur toutes les pages de votre site. Ainsi vous optimisez tus es efforts de communication que vous avez déjà fait.
Mais vous pouvez aller plus loin, et aller à la rencontre de vos prospects sur le net avec une offre très alléchante : vous n’allez plus faire de la pub pour qu’on achète vos produits, mais pour donner quelque chose de gratuit. Ce qui vous ouvre de nouvelles opportunités de communication : dans des forums, dans des blogs, des partenariats avec d’autres sites…
Si vous vendez des cannes à pêche, et que vous avez préparez un petit rapport « 10 conseils pour attraper une carpe à coup sûr », demandez-vous où sont vos prospects sur le net ?
Quels sites consultent-ils ? A quels forums participent-ils ? Est-ce qu’ils sont abonnés à des magazines en ligne ? Ont-ils créé ou lisent-ils des blogs spécialisés ?…
Listez ces sites. Consultez-les. Réfléchissez à la façon de communiquer sur ces sites.
Voici quelques pistes : participez à des forums, commentez des blogs, proposez un petit article qui va résumer et donner envie de lire votre rapport (de nombreux petits sites cherchent du contenu à publier gratuitement, donc vous leur rendez service, et vous faites votre pub gratuitement)…
ETAPE 3 – Demandez l’email de vos prospects
Pour que tous vos efforts soient couronnés de succès, il y a une règle fondamentale à respecter : ne proposez pas votre « incentive » en libre accès sur votre site. Quel que soit l’incentive : un rapport à télécharger, un code promo spécial, une invitation à un salon auquel vous participez etc. : demandez à vos visiteurs de s’enregistrer avec leur email pour leur envoyer.
Une fois qu’ils vous ont donné leur email, vous les avez dans votre base de prospects ciblés:
•- Envoyez-leur l’incentive : vous pouvez effectuer cet envoi manuellement, un par un au début. Puis si vous avez du succès vous pourrez investir pour automatiser cet envoi.
•- Vous pouvez à présent communiquer gratuitement auprès d’eux encore, et encore, et encore… avec leur autorisation.

© 2008 Emilie Hemmer VOUS VOULEZ PUBLIER CET ARTICLE SUR VOTRE SITE OU VOTRE EZINE? Vous avez l’autorisation de le faire tant que vous le publiez dans son intégralité, sans aucun changement, et en y ajoutant le paragraphe suivant: « L’infopreneuse Emilie Hemmer, « Miss Info Marketing », est co-fondatrice de la société de création de sites Rosaweb et éditrice du magazine hebdomadaire PopAffaires. Pour découvrir les techniques qui vous permettront de gagner enfin de l’argent avec votre site et vous abonner GRATUITEMENT au magazine, visitez http://www.popaffaires.com/ « 

Lire la suite

0

Le saviez-vous ? Un site de vidéos comme YouTube.com a aujourd’hui plus de trafic, aux Etats-Unis, que le site Google.com ! Cela peut paraître incroyable… mais vrai 😉
Alors pourquoi ne pas créer une vidéo pour votre e-business et profiter de cette énorme source de trafic… Sans compter que vous pourrez aussi publier votre vidéo sur votre site, et vous donner une image hi-tech et interactive !


Si vous êtes à court d’idées de vidéo à produire pour promouvoir votre site, en voici quelques unes…
Le mot de Bienvenue
En plan fixe, face à la caméra, présentez-vous et présentez votre site Internet . Décrivez votre activité et les bénéfices que pourra en tirer un utilisateur en quelques mots. Adoptez un style professionnel, mais pas coincé. Imaginez que vous accueilliez votre visiteur dans une boutique réelle…
L’interview
Pour rendre votre vidéo vivante, rien de tel que d’interviewer plusieurs personnes et de monter l’ensemble des propos recueillis. Pour cela, définissez le type de personnes à interviewer : collaborateurs de votre société, clients, experts reconnus dans votre domaine d’activité… Puis préparez 4 ou 5 questions, et fixez une plage horaire avec chacun des intervenants. Moteur ! Il ne vous reste plus ensuite qu’à conserver 2 ou 3 phrases clé de chaque intervenant, et de les assembler à l’aide d’un petit logiciel de montage vidéo pour débutants…
La Bande Annonce
Vous connaissez les bandes-annonces au cinéma ? Pourquoi ne pas créer la bande-annonce de votre site ? L’idée est la même : donner un aperçu de votre site, en quelques dizaines de secondes. Commencez par afficher le nom de votre site, son slogan en une phrase. Puis faites défiler quelques photos de vos produits, ou quelques copies d’écran (attention à ce qu’elles soient lisibles, zoomez sur une partie de l’écran, plutôt que de vouloir tout afficher) de votre site. Terminez votre bande-annonce en rappelant le nom, les atouts de votre site, et l’adresse de votre site. Pour les anciens adeptes des présentations PowerPoint : c’est le même principe, mais en utilisant les nouveaux logiciels de montage qui permettent de faire de vos présentations un véritable petit film publiable sur Internet !
La Démo produit
Vos produits ne sont pas encore connus du public auquel ils s’adressent ? Leur fonctionnement nécessite, ou gagne, à être expliqué ? Faites une démo en images de l’un de vos produits. Commentez le fonctionnement au fur et à mesure de la démo. Vous pouvez vous inspirer des télé-achats : ce sont les champions de la démo vidéo ! Mais rien ne vous oblige à en faire des tonnes comme eux… Une démo de 1 ou 2 minutes peut très bien faire l’affaire 😉
Le Teaser
Vous souhaitez intriguer le spectateur de votre vidéo ? Susciter en lui assez d’intérêt pour qu’il ait envie de se ruer sur votre site ? Pourquoi ne pas créer une vidéo « teaser », qui va attraper la curiosité de celui qui la regarde… Pour cela, vous pouvez créer un rébus, ou poser une question mystérieuse du type « qu’est-ce qui est jaune, petit, et qui va vous faire paraître 10 ans de moins ? Rendez-vous sur http://www…. Pour le savoir ! » en l’accompagnant de quelques images sympas qui illustrent votre propos.
A ne pas oublier :
A la fin de votre petit film, indiquez toujours clairement l’adresse de votre site en écriture lisible

© 2008 Emilie Hemmer VOUS VOULEZ PUBLIER CET ARTICLE SUR VOTRE SITE OU VOTRE EZINE? Vous avez l’autorisation de le faire tant que vous le publiez dans son intégralité, sans aucun changement, et en y ajoutant le paragraphe suivant: « L’infopreneuse Emilie Hemmer, « Miss Info Marketing », est co-fondatrice de la société de création de sites Rosaweb et éditrice du magazine hebdomadaire PopAffaires. Pour découvrir les techniques qui vous permettront de gagner enfin de l’argent avec votre site et vous abonner GRATUITEMENT au magazine, visitez http://www.popaffaires.com/« 

Lire la suite

0

Vous vendez du prêt-à-porter féminin? Vous proposez des programmes immobiliers à des familles qui souhaitent faire un placement pour leur retraite ? Vous êtes photographe ? Vous animez un site pour les jeunes mamans ?
Ces activités sont a priori éclectiques. Et pourtant : quelle que soit votre activité, vous possédez une expertise que d’autres seraient prêts à payer pour acquérir. Même si vous n’en avez peut-être pas encore conscience…


Je vous propose donc 5 pistes pour vous créer une nouvelle source de revenu en vendant votre expertise. Amusez-vous !
1. Publiez des tutoriels
L’étape la plus simple pour vendre votre expertise consiste à créer de petits tutoriels sur des problématiques très précises, et à les vendre.
Par exemple, admettons que vous vendiez des semis pour le jardin et le potager. Vous pouvez écrire un petit guide de quelques pages en détaillant « Les 3 habitudes du bon jardinier pour entretenir ses rosiers » ou encore « L’agenda du jardinier », dans lequel vous détaillerez pour les 12 mois de l’année les étapes importantes à ne pas manquer dans son jardin.
Cela peut vous paraître simple. Trop simple.
Mais souvenez-vous que parmi les clients qui vous achètent des semis, tous ne savent pas comment faire (et j’en sais quelque chose !). Ceux-là seraient ravis que vous puissiez les aider grâce à vos tutoriels. De plus, ils seraient sûrement plus enclins à vous faire de nouvelles commandes s’ils parviennent à faire pousser leurs semis correctement 😉
La clé de ces tutoriels c’est de s’attacher à un seul problème pratique à la fois, et de transmettre votre expérience. Ne soyez pas plus ambitieux que cela. Et souvenez-vous : ce que vous savez, d’autres l’ignorent et n’aspirent qu’à une chose : l’apprendre !
Alors autant qu’ils l’apprennent auprès de vous…
2. Ecrivez un livre électronique (ou « ebook »)
L’expertise que vous souhaitez partager ne peut pas se résumer à un simple tutoriel de quelques pages ? Ou bien vous avez envie d’aller plus loin ? Pourquoi ne pas vous lancer dans l’écriture d’un livre.
Aujourd’hui, Internet permet à chacun d’écrire et d’être lu. Plus besoin d’attendre des mois la réponse d’un éditeur pour publier un livre, plus besoin de dépenser des fortunes pour éditer soi-même un livre à compte d’auteur : il suffit de publier son livre au format électronique sur Internet.
Vous écrivez sous Word, vous enregistrez votre livre au format PDF et hop ! Vous n’avez plus qu’à le proposer en vente sur Internet. C’est aussi simple que cela…
En publiant un livre, vous pourrez non seulement créer une nouvelle source de profits (les ventes de votre ebook), mais aussi acquérir une incroyable légitimité qui ne manquera pas d’attirer de nouveaux visiteurs sur votre site.
3. Publiez un magazine électronique
Vous êtes passionné par ce que vous faites ? Vous avez envie de transmettre cette passion à des néophytes ? Publiez un magazine électronique dans lequel vous transmettrez vos conseils pratiques, bonnes astuces, potins… sur le sujet qui vous intéresse.
Ce magazine peut être hebdomadaire, mensuel ou même trimestriel. L’important c’est de décider d’une fréquence de publication et de vous y tenir. Numéro après numéro vous tisserez des liens avec vos lecteurs et vous développerez une légitimité dans votre secteur d’activité. Votre champ d’influence s’étendra au-delà de votre cercle habituel de prospects…. Sans compter le plaisir que vous prendrez à approfondir votre sujet de prédilection !
4. Enregistrez des cours
Vous vendez des produits qui nécessitent une certaine maîtrise ? Vous souhaitez aider vos clients à aller plus loin dans l’utilisation des produits qu’ils achètent chez vous ? Alors pourquoi ne pas enregistrer de petites leçons en vidéo.
Par exemple si vous vendez des plats à tagine marocains, pourquoi ne pas enregistrer des cours de cuisine pour faire découvrir de merveilleuses recettes préparées dans ces plats à tagine ?
Avec les caméras numériques d’aujourd’hui, il n’y a rien de plus simple que de filmer des séquences de quelques minutes et de les publier sur votre ordinateur. De là, vous n’avez plus qu’à les rassembler et à les copier sur un CD que vous pourrez vendre.
5. Animez un atelier
Vous préférez avoir un contact réel avec votre « public » ? Vous pourriez animer des ateliers réservés à un nombre restreint de participants.
Chaque 1er du mois, animez dans votre boutique un atelier pratique dans lequel vous apprendrez à vos clientes à se créer un look de star à petits prix. Ou encore, animez chaque mardi soir un atelier « immobilier pour les nuls » pour aider les propriétaires à « acheter un bien immobilier en économisant de l’argent et sans se faire avoir ». Et si vous n’avez pas de locaux pour organiser vos ateliers, pourquoi ne pas copier le modèle des réunions tupperware en organisant vos « ateliers de cuisine japonaise » chez l’un des participants, moyennant la gratuité de sa participation à l’atelier ?

© 2008 Emilie Hemmer VOUS VOULEZ PUBLIER CET ARTICLE SUR VOTRE SITE OU VOTRE EZINE? Vous avez l’autorisation de le faire tant que vous le publiez dans son intégralité, sans aucun changement, et en y ajoutant le paragraphe suivant: « L’infopreneuse Emilie Hemmer, « Miss Info Marketing », est co-fondatrice d e la société de création de sites Rosaweb et éditrice du magazine hebdomadaire PopAffaires. Pour découvrir les techniques qui vous permettront de gagner enfin de l’argent avec votre site et vous abonner GRATUITEMENT au magazine, visitez http://www.popaffaires.com/ « 

Lire la suite