0

J’ai votre solution progressive. Je dis progressive car il ne faut pas s’attendre à un resultat éclatant (et oui la magie, ça n’existe pas).

Afin d’avoir un teint beaucoup plus lumineux et uniforme j’ai testé deux produits différents pendant 2 à 3 mois chacun.

Il y a le Sérum Vinoperfect de Caudalie et le Pigmentclar Sérum de La Roche-Posay.

Petit conseil : après avoir appliqué votre sérum, utilisé une crème solaire car ces sérums sont inutile voir aggravant en cas de soleil (sans crème solaire).

Question prix, c’est à peu près le même, il faut compter 40€.

Je vais commencer par le Sérum Caudalie :

C’est un produit efficace, il m’a permis de réduire mes tâches au visage. Mon teint est plus éclatant et ma peau plus lisse.

Point négatif : je ne suis pas très fan de la texture qui parfois, en grosse quantité, colle à la peau (sur ce coups là c’est ma faute) : donc petit conseil, le produit est à appliquer à petite dose.

Ensuite le Pigmentclar Sérum de La Roche-Posay :

Très satisfaite ! Le produit est sortis récemment, j’ai été l’une des premières à l’acheter et je dois vous avouer que j’en suis folle. Au moment où l’on applique ce sérum, la peau devient déjà plus lumineuse, le teint uniforme et j’ai même eu l’impression que ma peau été bien hydrater.
Mes tâches ont vraiment réduit, c’est pourquoi je remercie La Roche-Posay pour ce produit incroyable;

Contrairement au Sérum Caudalie, la texture est très agréable, ne colle pas à la peau et pénètre au bout de quelques secondes.

Je recommande vivement ce sérum, petit coups de coeur pour celui de La Roche-Posay, mais celui de Caudalie est aussi un très bon produit.

Voir l’article sur :

http://misslittlepariss.blogspot.fr/

Lire la suite

Les cosmétiques sans gras animal

Publié le 8 novembre 2011 par dans Beauté

0

La nature possède toutes les ressources végétales nécessaires pour créer des cosmétiques efficaces et bénéfiques pour votre corps. Alors, pourquoi encore utiliser des gras animal? La réponse est simple il est plus facile à extraire pour les industries et permet une production de masse qui est extrêmement rapide, rentable et lucrative. Mais avez-vous déjà songé aux animaux tués pour que vous puissiez vous laver, vous crémer, vous maquiller? De plus, sachez que les produits à base de gras animal créent souvent des réactions allergènes, un assèchement de la peau et des irruptions cutanées.


Plusieurs plantes produisent des huiles qui peuvent servir à la confection de cosmétiques. En effet, vous n’avez qu’à songer à l’huile d’olive, à l’huile de palme de coco, à l’huile de soya pour comprendre qu’un produit peut être à 100% végétale et avoir des propriétés hydratantes. Par ailleurs, plusieurs plantes sont reconnues, depuis la nuit des temps, pour avoir des qualités médicinales. Certaines sont tonifiantes, d’autres relaxantes, d’autres cicatrisantes, etc.

Dans les magasins biologiques ou sur internet vous pourrez trouver toute une gamme de cosmétiques sans gras animal et 100% naturel. Cela est extrêmement important puisque ces produits sont exempts de produits toxiques très dommageables pour votre santé et traversant fréquemment l’épiderme pour se mêler à l’ensemble des composantes de votre corps. Par ailleurs, optez davantage pour les innombrables ressources végétales pour vous soigner et vous câliner.

Par exemple, pour soigner des brûlures et des lésions de la peau vous pouvez utiliser l’aloès Vera, le calendula, l’huile de lys ou l’huile de millepertuis. Pour régénérer votre peau utiliser l’huile de rose. Pour la tonifier utiliser le romarin, etc. Par respect pour votre environnement et pour votre corps optez pour des cosmétiques sans gras animal et 100% biologiques.

Découvrez tout sur les produits biologiques, écologiques et équitables sur BioEcolo: http://www.bioecolo.com

Lire la suite

0

Les cosmétiques que nous utilisons couramment sont souvent faits à base de produits toxiques et quasi entièrement artificielle. Pourtant, nous nous lavons sur une base quotidienne et utilisons donc énormément de shampoing et de savon. Vous est-il déjà arrivé de songer que ceux-ci pourraient être nocifs pour votre corps? En effet, la piètre qualité des produits cosmétiques utilisés est selon nombre de dermatologues la source de nombreux problèmes cutanés. Celui étant en tête de file est certes l’assèchement excessif de la peau.


Devant cette réalité éviter ce calvaire à votre peau. Un assèchement excessif peut entraîner divers problèmes tels l’eczéma, le psoriasis, l’acné, etc. Aussi, nombre de savons contiennent des toxines si puissantes qu’elles traversent l’épiderme de votre peau pour entrer à même votre organisme et y agir de façon nocive. De plus en plus les spécialistes font une corrélation entre l’utilisation de ces produits et le développement du cancer.

Pour que les shampoings et savons que vous utilisez ne soient pas dommageables tournez-vous vers l’utilisation de cosmétiques 100% naturels et entièrement d’origine végétale ou minérale. Les plantes nous offrent toutes les ressources nécessaires pour prendre soin de notre hygiène et de notre santé. Par ailleurs, dans les magasins biologiques vous pourrez trouvez toute une gamme de produits sans risque pour votre santé et l’environnement. Vous trouverez en plus des savons et shampoings du dentifrice, du déodorant, de la crème hydratante, etc.

Les composantes des cosmétiques écologiques sont très diversifiées. En effet, vous retrouverez, notamment, l’huile de jojoba, l’huile de palme de coco, l’huile d’olive, l’aloès Vera, le calendula, l’huile de lys, etc. Faites confiance aux ressources naturelles, utilisez-les et vous vous porterez mieux pendant plus longtemps.

Découvrez tout sur les produits biologiques, écologiques et équitables sur BioEcolo: http://www.bioecolo.com

Lire la suite

0

• Se détendre entre amis et en famille
• Rire et partager la bonne humeur
• Goûter des plats nouveaux et onctueux
• Explorer les environs et prendre l’air
• EVITER LES COUPS DE SOLEIL

Nombre d’entre nous passent près de 50 semaines par an enfermés dans des locaux, au bureau, à la maison, etc… Deux semaines au soleil est un coup dur pour notre peau qui n’y est pas habituée. Allez-y progressivement.


Conseils pour que rien ne viennent gâcher vos vacances…

Malgré les recommandations austères dispensées par les médias, prendre le soleil avec modération est très bon. Il vous suffit de suivre quelques règles élémentaires :

• Appliquez de l’écran solaire, suivez les conseils d’utilisation du fabriquant et renouveler l’application régulièrement. Ne prenez aucun risque.

• Evitez l’exposition subite au soleil. Acclimatez votre peau et prenez le soleil quelques semaines avant vos vacances, un peu plus chaque jour. Commencez par 15-20 minutes, à chaque fois que le soleil daigne sortir.

• Gommez et hydratez votre peau dès maintenant. Plus votre peau sera débarrassée de ses impuretés, plus vous bronzerez facilement.

• Optez pour des expositions au soleil brèves et régulières plutôt qu’une seule exposition prolongée. Prenez le soleil entre 9 et 11 heures et 17 et 19 heures. Entre deux, profitez-en pour explorer les environs ou faire une bonne sieste.

• La peau de votre visage, de votre tête et de votre nuque est particulièrement sensible. Pensez à la protéger avec un chapeau à bord large.

• La réflexion accroît l’effet du soleil – même à l’ombre vous pouvez être exposé à 50 % des rayons du soleil.

• Le soleil passe à travers les matières fines et le verre. Il est donc conseillé de porter des vêtements amples en fibres naturelles à maille serrée, surtout lorsque vous jouez au touriste.

• Les rayons du soleil transpercent les petits nuages et l’eau jusqu’à plusieurs mètres de profondeur. Alors même si vous n’avez pas la sensation de chaleur, sachez que vous pouvez quand même brûler.

• Ne vous endormez jamais au soleil et n’oubliez pas de garder un oeil sur votre montre. Restez vigilant.

• Appliquez une crème après-soleil pour apaiser et hydrater votre peau, prolonger votre bronzage et éviter de peler – essayez le Gel Apaisant aux Plantes et à l’Aloès de notre gamme Herbal Aloe.

• Grâce à leur haute teneur en antioxydants, les fruits et légumes frais assurent une protection naturelle contre les effets néfastes du soleil. N’hésitez pas à en manger beaucoup. Complétez votre alimentation par des Vitamines C et E pour une protection accrue.

• Plus il fera chaud, plus vous aurez besoin d’eau pour rester hydraté. Buvez l’équivalent d’un grand verre d’eau toutes les heures. N’attendez pas d’avoir soif.

• Préférez l’eau en bouteille quand vous êtes à l’étranger. L’eau du robinet peut vous réserver de mauvaises surprises.

• Vous aurez plus d’énergie si vous renoncez aux repas copieux, aux desserts savoureux et à la consommation d’alcool. Plus d’énergie pour profiter pleinement de vos vacances.

Profitez dès maintenant de mes astuces et conseils sur mon site : www.mincir.groupe2coachs.com

Sylvain GUIF est Coach en Ile de France, depuis une quinzaine d’années Il aide les gens à obtenir des changements dans leur vie, à prendre conscience de leur potentiel à modifier leur apparence physique et reprendre confiance en eux. Créateur d’un système de e-learning et e-coaching pour atteindre ses objectifs grâce à internet. recevoir nos conseils GRATUITS sur : www.mincir.groupe2coachs.com

Lire la suite

Qu’est-ce que le Karité ?

Publié le 8 novembre 2011 par dans Beauté

0

Ses origines.
Le karité, appelé wolof « l’arbre à beurre », pousse dans les savanes boisées, sur les pentes des collines ou sur les plateaux de toute l’Afrique de l’ouest. Cet arbre est particulièrement protégé par les populations locales qui lui confèrent un caractère mystique protecteur. Sa durée moyenne de vie est de trois siècles mais il ne commence à produire ses premiers fruits que vers 25 ans et atteint sa pleine production vers 45 à 50 ans.


Le karité pousse uniquement à l’état sauvage. Les tentatives effectuées jusqu’à ce jour pour maîtriser la culture de cet arbre se sont révélées infructueuses. La cueillette des fruits est effectuée par les femmes après les travaux des champs. Cette activité occupe 300 000 à 400 000 femmes dans le seul Burkina Faso et au Mali. 3 000 000 de femmes tireraient 80 % de leurs revenus de cette culture.
Les fruits arrivent à maturité dans le courant du mois de juin. Ils se détachent des arbres et leur chute est favorisée par les vents qui soufflent à cette époque de l’année. Les fruits du karité sont ramassés entre mi-juin et mi-septembre. Une fois débarrassé de la pulpe, on récupère la noix dont on extraira l’amende. Cette amende, une fois lavée et séchée avec soin, est achetée aux femmes dans les villages ou, transformée sur place.
L’amende est alors concassée, torréfiée, moulue jusqu’à obtenir une pâte épaisse qui, mélangée à de l’eau, sera vigoureusement barattée.
L’immersion dans l’eau bouillante va permettre de séparer le beurre des autres ingrédients de l’amende, notamment les impuretés qui se déposent au fond du récipient.
Chez Frédéric M. le beurre brut extrait de la noix de karité sera raffiné, neutralisé, blanchi, selon une méthode traditionnelle respectant le produit et n’impliquant pas de conservateurs chimiques. En raison du soin apporté à son extraction, notre beurre de karité est certifié issu de l’agriculture biologique.
Le beurre de karité constitue depuis des siècles, tant sur le plan curatif que culinaire, un produit recherché et apprécié par la population africaine. Le karité est utilisé pour les foulures, les rhumes et les plaies. Aujourd’hui les propriétés du karité seront reconnues par le corps médical Africain et Européen.
Aujourd’hui encore et de plus des millénaires le karité est exploité dans son intégralité par les familles africaines :
pour l’alimentation : le beurre de karité est un bon beurre de cuisson et aussi pour les sauces
pour la médecine : infusion des écorces, relaxation.
pour la cosmétique : le karité est un produit de toilette pour toute la famille et même du nourrisson. En après-rasage pour les hommes, en baume pour les femmes qui s’enduisent les cheveux tous les jours.
La légende voudrait que Néfertiti y devait sa grande beauté au beurre de karité dont elle s’enduisait le visage et le corps quotidiennement.

Les vertus cosmétiques majeures du beurre de karité.
Protection capillaire : lissage, souplesse, vitalité.
Karité et kératine sont deux mots ont consonance similaire et sont faits pour s’entendre. Le karité nourri, protège, lisse vos cheveux. Il est donc idéal pour les cheveux très secs, cassant, frisés ou dévitalisés.
Hydratation.
Le karité est utilisé depuis des décennies pour ses vertus hydratantes des couches supérieures de l’épiderme et protectrices du film hydrolipidique de la peau. L’application du karité sur la peau du visage, du corps, ou même du contour des yeux, formera un film protecteur qui retiendra l’eau de votre épiderme plus longtemps. Le karité en beurre pénètre cependant plus lentement dans la peau qu’une crème classique, en raison de sa grande richesse.
Relaxant.
Favorisant la micro circulation, le beurre de karité est également reconnu pour son effet de détente musculaire (ajouter dans un bain chaud). Il est également apprécié et utilisé contre les courbatures et les rhumatismes.
Protecteur et réparateur.
Grand protecteur contre le froid, le karité et l’agent idéal pour combattre les gerçures, rougeurs et agressions dues aux températures extrêmes (froide ou chaude). Les skieurs, guides de haute montagne ou randonneurs connaissent ses vertus protectrices, notamment sur le visage des lèvres. Le fameux « film » que dépose le karité sur la peau, la protège durant de nombreuses heures et tout au long de l’exposition au froid.
Face au soleil, le karité, bien qu’ayant un filtre UV naturel, ne suffit pas à protéger la peau. Toutefois appliqué avant exposition au soleil et complété d’une crème solaire, il permet de ne pas peler et assure un bronzage homogène.
Anti-âge et anti-vergetures.
Très riche en acides gras (phytosterols), insaponinfiables et en latex, le karité restitue l’élasticité des peaux sèches, déshydratées, sujettes aux rides. Cette fonction de reconstitution cellulaire et anti-élastase contribue ainsi à préserver la peau des effets du vieillissement et à lutter efficacement contre les vergetures.

Comme vous le voyez le karité qui a des vertus particulières.

Dans mon prochain article je vous parlerai du karité et des cheveux.
Vous pouvez aussi aller sur mon blog ou chez déjà mis d’autres articles sur les parabens, le bio, etc.
http://gazou-beaute-bien-etre.blogspot.com/

A très bientôt.

Retraitée depuis quelques années, je me suis recoinvertie dans les soins de beauté et bien-être. Afin d’aider mes amies j’ai déjà écrit des ebooks : La relaxation totale La respiration profonde Le ménage économique et écologique En cours « Commencer le yoga chez soi »

Lire la suite

Anti-Vieillissement de la Peau !

Publié le 8 novembre 2011 par dans Beauté

0

Le vieillissement est visible à l’extérieur mais se ressent aussi de l’intérieur.
Aujourd’hui nous verrons le vieillissement visible de l’extérieur.

Introduction.
Dès l’âge de 20-25 ans le processus de vieillissement commence. En théorie, il atteint d’abord le contour des yeux, les sourcils, le front puis le contour des lèvres. Il faut attendre généralement le cap des 30 ans pour que ce soit visible.
Mais nous ne sommes pas égaux devant les rides : leur présence et leur visibilité dépendent de l’histoire des individus, de leur hérédité et de leur mode de vie.
Le marché des cosmétiques anti-age a énormément évolué ces dernières années.
Les produits et les technologies existent permettent de retarder, et même de corriger les manifestations du vieillissement cutané.
La peau n’est pas l’élément le plus sensible au temps, elle est génétiquement programmée pour vivre jusqu’à 150 ans !


I – Le vieillissement de la peau.
1 – Quelles en sont les causes ?
Il existe plusieurs phénomènes générant le vieillissement cutané :
– L’âge, processus physiologiques, où entrent en jeu le terrain génétique et des changements hormonaux.
– Des processus psychologiques : le stress.
– Les agressions extérieures : le soleil (Les rayons UV), la déshydratation, la pollution.
– Les mauvaises hygiènes de vie : le tabac, l’alcool, l’alimentation (le déséquilibre nutritionnel), les régimes (quand ils sont trop fréquents culent l’effet « yo-yo » étire la peau).

2 – Comment se traduit-il ?
Les principaux signes visibles du vieillissement de la peau sont :
– La sécheresse de la peau.
– Une perte de souplesse entraînant aussi la sécheresse de la peau.
– Les rides, correspondant un relâchement de la peau.
– La perte de tonicité.
– L’apparition de taches brunes et l’irrégularité du terrain dû à des expositions solaires trop importantes.

3 – Comment la peau vieillit-elle ?
Plusieurs phénomènes sont activés :
Tout passe par le derme.
Le derme, la pièce maîtresse de la peau. Située sous l’épiderme, on y trouve : les glandes sébacées, la racine des poils, des fibres (dont le collagène, l’élastine et glycosaminoglycanes) ainsi que les vaisseaux sanguins. C’est là que se produisent les dégradations responsables des rides de l’épiderme.
En effet, plus on vieillit, plus le terme devient naturellement mince et fragile. L’épiderme s’amincit lui aussi au fur et à mesure que nous vieillissons.

La production de collagène diminue.
Le collagène fait partie des fibres du derme disposées en réseau. Ces fibres assurent la structure donc la tonicité et la cicatrisation de la peau. Lorsque la production de collagène diminue, la peau devient encore plus mince : c’est à ce moment là qu’apparaissent les rides. L’âge entraîne une réduction de la production de collagène, tandis que les agressions extérieures attaquent la structure du réseau de collagène.

La formation de radicaux libres.
Les radicaux libres sont aussi des acteurs importants dans le phénomène du vieillissement de la peau : le soleil, le stress, induisent une réaction en chaîne au niveau des cellules de la peau, ce qui favorise le développement des radicaux libres. Ces derniers agressent les cellules provoquant leur mort prématurée (pour les combattre on utilise des anti-radicaux libres ou antioxydants).

II – Quelques conseils pour prévenir le vieillissement de la peau.

– Restreignez les expositions prolongées au soleil et appliquer toujours de la crème solaire.
– Faites attention à votre alimentation : une nourriture équilibrée et saine est à lutter contre le vieillissement cutané.
– Évitez de fumée que la cigarette est de taille favorise l’apparition des rides.
– Attention à l’alcool qui augmente la formation de petits vaisseaux sur le visage.
– Faites du sport ! Le sport améliore la circulation sanguine.
– Essayer de bien dormir, le sommeil est bon Pour la peau !
– Chouchouter votre peau : il est important de bien à nettoyer, de gratter et la protéger.

III – Quelles sont les solutions face au vieillissement cutané ?
Première catégorie de soins : les interventions chirurgicales.
– Le peeling : traitement chimique directement appliqué sur la peau, il favorise le renouvellement cellulaire.
– Les injections de collagène.
– Le lifting : acte chirurgical qui autant la peau.
Mais ces solutions sont bien coûteuses et leurs conséquences variables !
Deuxième catégorie de soins :
Une solution plus naturelle, les soins antirides que l’on trouve sur le marché de la cosmétique. Masques, crème de jour, crème de nuit, soins contour des yeux,… La science évolue de jour en jour pour apporter des solutions efficaces aux peaux matures.

IV – Questions / Réponses.
À quel âge est-on concerné par un soin antirides ?
Dès l’apparition des rides, c’est-à-dire l’âge de 35 ans en moyenne. Mais rien ne nous empêche de les prévenir ! À partir de 20 ans, les mécanismes de défense naturelle de notre peau s’affaiblissent. Il faut la protéger contre la déshydratation, la pollution, les UV, à l’aide de crème hydratante et de soins nettoyants. Après 20 ans, on peut commencer à utiliser des soins anti-âge pour prévenir l’apparition des rides. Et, dès 35 ans, les rides sont traitées avec des produits qui aident notre peau à se régénérer et se retendre.

Est-ce qu’une peau sèche vieillit plus vite ?
Malheureusement oui, car ces peaux ont peu ou pas de sébum, elles sont donc plus exposées aux agressions extérieures. Mais l’utilisation de bons soins hydratants aide la peau et compense le manque de sébum. Les aliments riches en acide gras essentiel et oméga 3 aident le corps à fixer l’eau : n’hésitez pas à en consommer !

Qu’en est-il pour les peaux grasses ?
Elles vieillissent moins vite que les peaux normales ! En effet, le film gras présent sur les peaux grasses les protège bien des agressions extérieures.

Est-ce que j’ai intérêt à choisir comme soin contour des yeux celui qui est décliné de mon soin visage ?
A priori oui. Car si vous avez choisi votre soin visage en fonction de vos besoins, de la structure de votre peau, et de vos goûts, il est donc certain que le soin pour les yeux formulé dans le même esprit et utilisant la même base d’actifs vous conviendra mieux que tout autre.

Si j’utilise deux produits, l’un pour le visage, l’autre pour les yeux, lequel mettre en premier ?
En réalité, ça n’a aucune importance, compte tenu qu’ils ne doivent normalement pas se superposer. Maintenant, à l’usage, on se rend compte qu’il est plus pratique de commencer par le soin pour les yeux.

Y a-t-il une réelle différence entre les crèmes de jour et les crèmes de nuit ?
Une crème de jour est hydratante et protectrice, moins riche qu’une crème de nuit pour permettre le maquillage. Elle peut tout à fait s’utiliser le soir.
Une crème de nuit répare les méfaits liés à notre mode de vie (stress, pollution, UV,…) et permet la reconstruction de la peau.
Il est donc conseillé d’utiliser les deux afin d’avoir un programme de soins complets : protecteur et réparateur.

Peut-on se maquiller après avoir utilisé une crème antirides ?
Bien sûr, puisque l’on conseille de l’utiliser le matin. Nos produits antirides peuvent tous servir de base de maquillage. Cependant il est conseillé d’utiliser nos soins de nuit le soir, après une peau parfaitement nettoyée, car ils sont faits pour réparer et régénérer la peau.

Une crème antirides protège-t-elle du froid ?
En général oui. Tout dépend de la compositions de celle-ci.

Note : Une belle peau passe aussi par un bon équilibre nutritionnel. Je vous en parlerai dans mon prochain article.

Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur mon blog où vous aurez la possibilité de découvrir et vous procurer des produits efficaces.
http://gazou-beaute-bien-etre.blogspot.com/

Retraitée depuis quelques années, je me suis reconvertie dans les soins de beauté et bien-être. Afin d’aider mes amies j’ai déjà écrit des ebooks : La relaxation totale La respiration profonde Le ménage économique et écologique En cours « Commencer le yoga chez soi »

Lire la suite

0

Les labels bio pour les cosmétiques :
En France et en Europe, il existe plusieurs labels « bio » pour les cosmétiques. La certification
« bio » correspond un cahier des charges précis, contrôlé par des organismes indépendants. Les contraintes pour chaque label sont parfois différentes et elles sont plus ou moins nombreuses.
Pour obtenir le label « bio » il faut répondre au cahier des charges du label mais aussi payer le droit d’affichage du label, sur ses produits.
Il est donc parfois impossible pour certains petits laboratoires de prendre un label « bio » pour leurs produits, même si ceux-ci répondent à tous les critères voir plus que ce qui est préconisé par le cahier des charges.


Cinq labels biologiques.
En France, il existe quatre certifications qui cohabitent et se partagent le marché :
« Ecovert », avec la charte « Cosmébio » et « Cosméco »
« Nature et progrès »
« Demeter »
« BDIH».

Le cahier des charges.
Chaque organisme a un cahier des charges différent mais avec des similitudes. Les uns sont plus exigeants que les autres. On trouve en général :
% minimum de produits naturels, ingrédients végétaux obligatoires.
% minimum de produits issus de l’agriculture biologique.
Composants interdits : colorants, conservateur, huiles et graisses de synthèse ; ingrédients issus de l’industrie pétrolière ; composants à base d’animaux.
Emballages recyclables.
Recherche en laboratoire non faite sur les animaux.

Pourquoi cinq labels ?
On constate qu’il y a peu de différence d’un organisme à l’autre. Alors pourquoi ne pas avoir un seul label pour les cosmétiques ? Les consommateurs s’y retrouverai certainement mieux.
Les laboratoires qui ont pu acheter un label « Bio » sont tous de grands laboratoires. Ils s’imposent sur le marché en pratiquant des prix « BIO » !!!
Les prix des produits « bio » sont parfois si excessifs que des magasins spécialisés ne prennent plus certaines marques. Trop cher pour leur clientèle ! C’est peu dire, car l’on sait que les clients qui achètent du « bio » sont prêts à y mettre le prix…

Le prix est-il justifié ?
Il est vrai qu’il y a une clientèle potentielle et en augmentation constante. De plus en plus de personnes recherchent des produits naturels, non polluants, bons pour eux et la planète. Le marché du « bio » est en expansion et à chaque niveau les intervenants en profitent et prennent une marge très importante.
La qualité des produits est normalement incontestable, mais il faut savoir que l’on trouve des produits de qualité au moins identique, sans label « bio », à moitié prix…
La crédulité des gens est exploitée pour leur faire croire que le label « bio » est indispensable pour avoir une qualité sans reproche. Ce n’est pas le cas. Il faut arrêter de faire croire que le prix est un critère de qualité.
Le critère, c’est la qualité des ingrédients, pas le prix.

La responsabilité des consommateurs.
Les « adeptes » des produits « Bio » sont prêts à les payer très cher. S’ils regardent les notices pour voir la composition ce n’est que pour les conforter dans leur choix. Ils ne prennent pas la peine de regarder la notice d’un autre produit si celui-ci n’a pas le label. Pourquoi un tel comportement ? C’est une forme de sectarisme. Ne peuvent entrer dans le cercle des consommateurs « Bio » que les consommateurs avertis qui n’ont en général aucune difficulté financière. Ces produits sont réservés à une certaine élite ou à des consommateurs qui croient fermement au label « bio » et font des sacrifices sur d’autres choses.

Ma Conclusion
Les laboratoires de cosmétologie labellisés s’en mettent plein les poches et les consommateurs ne sont pas prêts à voir la vérité en face : on les vole !
Je voudrais juste que les consommateurs deviennent un peu plus avertis et prennent la peine de regarder les autres produits.
Il est vrai que les grandes marques de cosmétiques non labellisés mais de renommée mondiale n’hésitent pas à pratiquer les mêmes prix excessifs.
Personnellement je n’utilise que des cosmétiques dont les ingrédients sont naturel, sans paraben et sans colorant. Je n’achète pas dans les magasins traditionnels mais en vente directe car j’ai un prix 40% moins cher qu’en para-pharmacie, parfumerie ou magasins « Bio ». Il faut juste oser essayer une première fois.
J’aime cette forme de vente qui donne une relation plus personnelle avec le, ou la vendeuse qui vous donne des conseils personnalisés.
Mais ceci est un autre sujet que j’aborderai peu être une autre fois.

Vous trouverez d’autres conseils beauté et bien-être sur mon blog :
http://gazou-beaute-bien-etre.blogspot.com/

Retraitée depuis quelques années, je me suis reconvertie dans les soins de beauté et bien-être. Afin d’aider mes amies j’ai déjà écrit des ebooks : La relaxation totale La respiration profonde Le ménage économique et écologique En cours « Commencer le yoga chez soi »

Lire la suite

0

Tout savoir sur la peau.
La peau est un organe protecteur d’épaisseur variable entre les paupières et les paumes des mains. Elle est composée de 70 % d’eau, 27,5 % de protides, 2 % de lipides et 0,5 % de sels minéraux (oligo-éléments). Sa structure se compose d’une couche cornée, constituant de l’épiderme et d’un film hydrolipidique. Ce dernier régule le sébum, et nous protège des éventuelles bactéries et éléments allergènes.


La peau se décompose en trois parties.
L’épiderme fait environ 0,1 mm d’épaisseur. Des cellules naissent en dessous de celui-ci et viennent par la suite remplacer les cellules mortes à la surface de la peau. L’épiderme se compose principalement de deux types de cellules, les kératinocytes (80 à 90 %) et les mélanocytes. Il se renouvelle en permanence, tous les 21 aux 28 jours. C’est notre barrière contre les agressions extérieures.
Le derme est la pièce maîtresse de la peau, il fait entre 1 et 2 mm d’épaisseur. Situé sous l’épiderme, il renferme les fibres « tenseurs » telles que le collagène, l’élastine et les glycosaminoglycanes. Il assure le soutien de la peau ainsi que sa nutrition. La micro circulation s’effectue dans le terme parcouru de nombreux vaisseaux sanguins.
L’hypoderme stocke les calories et nous protège du froid. Il participe à la thermorégulation. Il est constitué essentiellement de cellules adipeuses, les adipocytes.

Définition d’une peau fragile.
Une peau fragile est une peau qui réagit à certains facteurs, là où habituellement, d’autres peaux restent insensibles.
Il faut faire la différence entre les peaux allergiques et les peaux fragiles.
Si la sensibilité de la peau est héréditaire ou liée à un facteur déclencheur précis, on se placera dans un cadre de problèmes dermatologiques allergiques. Ces manifestations sont connues sous le nom d’urticaire, eczéma ou dermatite atopique.
Ces facteurs (endogènes et exogènes) vont être considéré par les peaux fragiles comme de véritables agressions alors que pour d’autres peaux, ils seront sans effet. Le vent, le froid, l’eau calcaire… peuvent être à l’origine d’inconfort cutané tel que tiraillements et sensations de brûlure. Ces sensations sont dites subjectives, désagréables et anormales. Elles peuvent se manifester par des rougeurs (et non des plaques), la tolérance aux agents irritants étant très faible. La barrière épidermique ne fait plus son rôle protecteur.
Tous les types de peau peuvent être fragiles, de la peau sèche à la peau grasse. Cependant, il est toutefois constaté que les peaux fines et claires sont les plus touchées. L’hypersensibilité des peaux noires est également considérablement augmentée dans les pays occidentaux. On parle « d’inaptitude dermatologique ». Le climat accentue les phénomènes d’inconfort, de tiraillements et de picotements. La peau noire se déshydrate presque instantanément, l’hygrométrie n’étant pas adaptée.
Ces inflammations, mêmes occasionnelles, provoquent une augmentation des radicaux libres et donc, un vieillissement prématuré. Les peaux fragiles sont plus rapidement confrontées à des problèmes d’élasticité épidermique. Elles vieillissent plus vite.
Des soins quotidiens doivent être appliqués régulièrement pour reformer la barrière hydrolipidique. Elles devront comporter obligatoirement des humectants (exemple : la glycérine) et des actifs anti-déshydratation (exemple : karité, olives, aloe vera).

Les facteurs endogènes et exogènes.

Les facteurs exogènes, une déshydratation instantanée.
Le froid : le froid provoque de véritables dégâts sur la peau. Lorsque l’épiderme est exposé, il y a constriction des vaisseaux sanguins aux extrémités de notre corps. Cela entraîne instantanément une sécheresse cutanée par manque d’irrigation. L’activité enzymatique est diminuée. Les cellules mortes se cumulent sur la peau. Elle s’étouffe. La peau devient rugueuse et se déshydrate. Le sébum se retrouve en quantité insuffisante. La teneur en eau de la peau Est anormalement basse. Des engelures et des crevasses peuvent apparaître.
Le soleil : le soleil est également un faux ami. Lorsque la peau est exposée, il fabrique en surnombre de la kératine. L’épiderme s’épaissit et perd de son élasticité. La peau peut, comme avec le froid, devenir rugueuse. Certaines d’entre elles, développe également des taches brunes. L’activité séborrhéique et diminuer, Laus évacue des couches épidermiques et n’est plus retenu correctement. La peau se déshydrate.
Le vent : le vent augmente la perte de chaleur du corps humain. Il assèche la peau et la déshydrate du fait du renouvellement constant de l’air.
Le choc thermique : les changements brutaux de température entre extérieurs et intérieurs, peuvent engendrer une réaction immédiate sur les peaux fragiles. Les tiraillements se font très vite ressentir.
L’eau calcaire : le calcaire forme de petits cristaux qui viennent irriter la peau. Une appeau « trop dur » amène à la stagnation de tartre dans les tuyaux. Ce dernier étant porteur de bactéries. Il peut être à l’origine d’affections cutanées.
Le changement trop fréquent de produits cosmétiques : un changement fréquent de cosmétiques peut amener une totale intolérance. La peau est trop sensibilisée et devient perfectible.

Facteurs endogènes, alto stress et aux carences !
Stress à : le terme « stress » vient d’un mot anglais « to stress » signifiant « mettre en tension ». Dans l’étymologie latine «Stringere » signifie serré, pressé. Selon Hans Selye, le stress se découpe en trois phases : le stress normal, stress pathologiques et les réactions biologiques.
Conséquences du Stress :
Phase 1, alarme.
Augmentation de la vigilance et de la concentration,’accélération du rythme cardiaque et respiratoire, transpiration, ce qui engendre maux de tête, troubles digestifs, sensation de jambes coupées, sécheresse buccale.
Phase 2, résistance.
Libération des catécholamines et glucocorticoïdes ce qui entraîne hypertension, dilatation des vaisseaux, apparition de rougeurs, décompensation des dérèglements déjà installés tels que l’eczéma, le psoriasis.
Phase 3, rupture :
Réaction neurovégétatives entraînant fatigue, insomnie, mal de dos, troubles organiques, irritabilité retrait relationnel
Une trop grande répétition de la phase 2 dans la vie quotidienne entraîne une sollicitation trop élevée des vaisseaux sanguins situés sur le visage. Ces rougeur diffuses affaiblissent la barrière cutanée et peuvent, à long terme, déclencher une couperose définitive. Mais d’autres facteurs peuvent provoquer des rougeurs : une simple émotion forte, une tendance à rougir due à une émotivité exacerbée, et les vaisseaux sanguins subissent la même sollicitation.
Bien sûr, une personne émotive n’aura pas systématiquement une peau fragile. Cependant dans le long terme, elle fera parti des personnes à surveiller.
Carences.
Les carences en vitamines et en omégas peuvent également aggraver la sensibilité des peaux fragiles. Une carence en oméga 3 et 6 peut se traduire par une altération de la fonction barrière hydrolipidique, une perte en eau importante, une desquamation, une sécheresse cutanée sévère. Des suppléments alimentaires peuvent rééquilibrer le film hydrolipidique en plus des soins cosmétiques nécessaires. Ces gélules vont aider la peau à restaurer sa capacité à garder l’eau, et bien plus encore.

Les manifestations cliniques.
Les peaux fragiles subissent au quotidien des facteurs agressifs. Les réactions cutanées se traduit, le plus souvent, par des rougeurs et d’autres manifestations cliniques.

La rosacée.
À rosacée est un problème de peau non contagieux. Pendant des années, on l’associa à tort à l’alcoolisme. L’acné. Aujourd’hui, la rosacée est assimilée à une dermatose. Elle se manifeste par des rougeurs au visage, sur des zones très ciblées comme le menton, données, les joues et peut Même toucher les yeux. Ces rougeurs apparaissent puis disparaissent. Mais, avec le temps, elles peuvent devenir très fréquentes. Elles sont quelquefois accompagnées de petits vaisseaux sanguins. La rosacée doit être absolument traitée soigner par un médecin dermatologue afin de réduire son développement. Si aucun médicament n’est prescrit, plaques, boutons et bosses disgracieuses peuvent apparaître.
La rosacée est une maladie très courante, elle touche principalement les femmes qui ont atteint pale et une peau particulièrement claire. Elle peut se déclencher à partir de 25 ans. Nous la retrouvons plus fréquemment entre 35 et 50 ans.
Les premiers signes de la rosacée sont d’abord des rougeurs périodiques puis de plus en plus fréquentes. Ensuite, des petites bosses ou boursouflures apparaissent de couleur rouge. La peau semble irriter et rêche. Elle est sèche sur la zone de vie. Ces rongeurs peuvent être accompagnés de sensation de tiraillements et de brûlures. La rosacée peut se manifester sur le cuir chevelu, sur le coup derrière les oreilles. Ce type de peau de mandat traitement médical et un soin tout particulier. Les soins quotidiens cosmétiques doivent être doux et le contenir aucun agent irritant. Il faut se nettoyer la peau avec un produit sans savon, hydratée et protégée grâce à des crèmes de jours. La rosacée assèche la peau, donc il est nécessaire de prendre des soins cosmétiques très hydratant et ayant une formulation apaisante il faut éviter toutes les crèmes contenant de l’alcool et des acides de fruits.
Attention : les cosmétiques ne remplacent en aucun cas le traitement médical.

La Xérose.
La Xérose est la manifestation d’une peau sèche qui réagit à des facteurs extérieurs comme le vent froid. Cet un phénomène très fréquent. La peau un aspect rugueux, desquamé, déshydraté. Elle tire, chants, picotent. Ce type de peau doit être impérativement nourri afin de limiter les désordres cutanés importants tels que les crevasses ou les gerçures. Une peau trop sèche facilite l’introduction des bactéries dans les tissus cutanés.
L’origine de la xérose peut être variable:
sénescence cutanée (diminution de l’épiderme, perte en eau)
acteurs externes chaud-froid
carences (Zinc, magnésium, protéines, acides gras, vitamines)
traitements médicaux.

Les érythèmes actifs diffus cutanés.
L’érythème est une affection cutanée se manifestant par des rougeurs diffuses dues à une vasodilatation. Elles ont la particularité de disparaître à la pression du toucher. Il existe trois niveaux d’érythèmes : le premier sont des taches rouges de couleur vins, sans peau saine entre les tâches. Le second niveau se résume par des tâches rosées, le troisième niveau se compose de petites taches rosées. La résistance des vaisseaux sanguins est diminuée. Il faut la renforcer.
L’érythème peut être également un érythème pudique qui se déclare lorsque le patient réagit à une émotion forte. Cela ne dure que quelques minutes.
Pour en savoir plus rendez-vous sur mon blog où vous trouverez d’autre conseils.
http://gazou-beaute-bien-etre.blogspot.com/

Retraitée depuis quelques années, je me suis reconvertie dans les soins de beauté et bien-être. Afin d’aider mes amies j’ai déjà écrit des e-books : La relaxation totale La respiration profonde Le ménage économique et écologique En cours « Commencer le yoga chez soi »

Lire la suite

0

L’huile essentielle est le liquide concentré et hydrophobe des composés aromatiques volatils d’une plante.
Par conséquent, elle est extrêmement concentrée et à manipuler avec précaution même si elle est entièrement naturelle!
La première chose à faire est donc de vérifier que les flacons d’huiles essentielles sont situés hors de portée des jeunes enfants.
En effet, certaines peuvent être irritantes, voire même contenir des allergènes qui sont naturellement présents dans l’essence de la plante (comme la cannelle).


Ensuite, il faut respecter quelques règles de base :

• Ne jamais appliquer une huile essentielle pure sur la peau et surtout sur les muqueuses.
Dans de rares cas (comme avec la lavande et le tea tree), cela est possible, toutefois il faut toujours effectuer un test au préalable sur l’intérieur du poignet (appliquer une goutte pure et recouvrir d’un pansement pendant 30 à 60 minutes). Si aucune réaction cutanée n’apparaît (rougeurs, irritations), vous pouvez utiliser l’huile essentielle sans danger, sinon cessez l’utilisation immédiatement. Dans le cas d’une irritation mineure, réduisez le dosage de moitié ou plus.
Donc, le plus souvent, on diluera toujours l’huile essentielle dans de l’huile végétale avant d’appliquer sur la peau, dans une proportion de 1 à 5% (pour les massages par exemple).

• Éviter de s’exposer au soleil après application d’une huile essentielle car certaines huiles essentielles (surtout le pamplemousse, le citron, la limette, la mandarine…) sont photosensibilisantes (augmentation de la sensibilité aux U.V.) ou peuvent provoquer l’apparition de taches ou d’irritations sur la peau.

• Lorsque vous cuisinez, vous limiter à une seule goutte d’huile essentielle pour une recette de 4 à 6 personnes. Si le goût vous semble trop prononcé, il est recommandé de tremper le bout d’une aiguille dans la bouteille d’huile essentielle puis de mélanger dans une huile végétale de qualité.

• Les huiles essentielles n’étant pas solubles dans l’eau (elles remontent à la surface), il est nécessaire de diluer de 5 à 20 gouttes dans du miel, du lait en poudre ou dans un jaune d’œuf battu avant de verser cette préparation sous l’eau courante du robinet pour les bains.

• Enfin, pour une utilisation dans un diffuseur d’huile essentielle, 5 à 30 minutes de diffusion par jour est suffisant. Éviter de saturer l’atmosphère en particules d’huiles essentielles en suspension, ce qui aurait pour effet d’irriter les yeux et les voies respiratoires.

Fondatrice du site www.ofuturpur.com qui propose à tous les québécois des produits écologiques, des cosmétiques biologiques, des vêtements équitables et bien plus encore!

Lire la suite

0

L’art peut être considéré comme un moyen de créer de la beauté là où il n’y en a pas. Le sommet de l’art est donc de créer cette même beauté à partir d’une matière première disgracieuse, une matière qui s’écarte de la beauté. L’art est un domaine purement humain car il n’y a pas d’art sans homme. D’ailleurs il n’y a ni beauté ni laideur sans jugement humain préalable. Si l’homme veut faire de l’art, c’est-à-dire créer de la beauté à partir de la laideur, pourquoi ne s’attèle-t-il pas à ce qui lui tient le plus à coeur : le regard de l’autre ? Il ferait ainsi d’une pierre deux coups. L’individualisme et la société actuelle portent la beauté physique au rang de but ultime des relations intersubjectives. L’art pourrait donc permettre de modeler un corps afin d’en faire un chef d’oeuvre.


La science a longtemps été synonyme de progrès, avant d’être source d’inquiétude. La chirurgie esthétique est apparue récemment comme opposition à la chirurgie utile et fonctionnelle. Le corps peut fonctionner sans être esthétique. Or l’art n’a par définition aucune utilité, intrinsèque. Il vit à travers le regard et le jugement, tout comme la beauté d’un corps ( et non pas le corps en lui-même, en tant que somme de cellules). La chirurgie est donc totalement atypique puisqu’elle utilise la science à des fins pour ainsi dire inutiles et esthétiques. Elle est donc le croisement entre ces deux disciplines opposées. Et comme tout pont entre deux domaines opposés dans leurs finalités, elle suscite bien souvent d’amères critiques, bien souvent injustes et hypocrites.

D’une même manière, l’art est souvent utilisé comme une thérapie. Que dire de ces personnes qui se sentent mal dans leur peau à cause d’un défaut physique qui les obsède continuellement ? Ils font en général le bonheur des émissions de téléréalité (très présentes sur les chaînes américaines) basées sur la chirurgie esthétique qui vient alors en sauveuse des âmes faibles et délaissées, des corps ingrats et des jugements blessants. C’est dans ce sens précis que l’art peut être une thérapie. L’accès à l’esthétique, à la beauté, est un chemin vers le bien être qu’on aurait tord de dénigrer.

Enfin, il existe un ultime lien entre chirurgie esthétique et art. L’art est trivialement considéré comme un « moyen de s’exprimer », un symbole de notre intérieur, une fenêtre ouverte de nos émotions, nos aspirations et notre subconscient. Et qu’est ce que la chirurgie esthétique si ce n’est l’expression d’un mal-être ? Il s’agit bel et bien du symbole d’une tristesse, de la vision d’une injustice que la naissance ou l’âge a apporté. Et au lieu d’exprimer ce désarroi par des années de ruminations mélodramatiques, mieux vaut y faire face et exprimer ce désarroi : « oui je ne me sens pas bien dans mon corps, mais je ne me lamente pas, je contrôle mon corps et mon malheur ». Dans cette optique, il existe donc un lien intrinsèque entre beauté et art, à savoir l’expression de sentiments, et leur contrôle.

Avec plus de 15 ans d’expérience, une gamme de traitements et d’esthétique vous sont offerts, comme la rhinoplastie, la liposuccion, l’augmentation mammaire, l’abdominoplastie et autres à l’Institue Canadien de Chirurgie Esthétique de Montréal.
http://www.cosmeticsurgery123.com/

Lire la suite