0

L’image du senior selon les cultures : vénéré ailleurs ,déconsidéré chez nous

Dans certains (voir notamment en Afrique, en Asie, en Amérique de Sud…), les personne âgées sont écoutées et respectées plus que dans la nôtre. Le fondement culturel est qu’elles ont acquis une richesse État des lieux.
de savoirs qu’il est bon de transmettre de génération en génération. Les familles sont souvent nombreuses, et tout senior peut transmettre à des juniors. Les oncles et tantes sont écoutés comme les parents. Les plus anciens restent dans les familles jusqu’à la fin de leurs jours, et sont des modèles pour les plus jeunes. Ils sont les livres, les passeurs, les référents.

En Afrique, par exemple, la personne âgée qui transmet des anecdotes sur les anciens de son village est écoutée par les plus jeunes comme un trésor. Idem pour un maître artisan en Afrique du Nord : le maâlem est respecté, ses enseignements sont vénérés. L’apprenti pourra aller plus loin que lui s’il le peut et le veut, mais il commence par acquérir les bases académiques du maître. Il se sent appartenir à une communauté envers laquelle il a des devoirs, entre autres celui d’apprendre et plus tard de transmettre. Chacun a intégré qu’il est un anneau dans une chaîne de transmission. Il n’a pas, comme ici, à tout découvrir par lui-même, comme il peut, et ce qu’il a acquis ne sera pas perdu.

Dans notre civilisation, il en était de même quant au respect dû aux personnes âgées. Mais le présupposé actuel est plutôt que la plupart des acquis des anciens sont obsolètes, les techniques évoluant très vite et les principes moraux constituant des entraves à la liberté. Ce concept de liberté a glissé, il est devenu synonyme de la recherche de l’exercice maximal des droits et minimal des devoirs. Notre société est devenue individualiste, chacun cherchant à tirer son épingle du jeu. Nous avons perdu cette conception noble du séniorat.


Nos anciens sont souvent taxés:
-de non-adaptation a la modernité, avec ses rites et ses outils technologiques,
-de fermeture sur soi, son petit monde,
-de radotage,
-d’inutilité …

Souvent, les petits-enfants se forcent à aller voir leurs grands-parents et ne cherchent pas à tirer d’eux des enseignements, ne leur posent pas de questions, mettent leur casque audio au lieu de les écouter. Lorsqu’elles deviennent dépendantes, on arrache souvent les personnes âgées leur à leur logement pour les mettre dans des maisons spécialisées 1 elles finiront leurs jours dans l’isolement et la réclusion. Personne n’est responsable de cet état de fait : les logements urbains sont trop petits, les couples se démènent, les familles sont recomposées et géographiquement éclatées…

Notre société perd beaucoup a cette non-transmission. Les seniors sont privés du besoin et du plaisir de transmettre, les juniors doivent trouver par eux-mêmes la  » parole perdue » et cette parole se perd. Chacun est dans la solitude.
Autre hypothèse personnelle pour expliquer ce changement sociétal : nous avons vu au cours du XXème siècle des seniors dictateurs responsables de la mort de millions de personnes. Nous en avons vu certains ensuite fuir et se cacher sous d’autres identités pour ne pas avoir à répondre de leurs crimes. Nous avons vu des seniors Monsieur ou Madame Tout-le-monde cautionner ces crimes, voire y collaborait. Même si, fort heureusement, il y eut bien d’autres seniors « justes », courageux, valeureux, résistants, sages, il est apparu clairement dans ce siècle que l’âge n’est en rien un gage de sagesse. Les générations passent, mais les stéréotypes font de la résistance (eux aussi).

Les seniors d’aujourd’hui n’ont rien à endosser, aucune dette à payer, affirmons-nous avec fierté.

Dans le milieu des entreprises françaises, l’image du senior a notamment été dévalorisée par les plans de « départ anticipé à la retraite » (départ de la  » vie active « , s’entend, pour employer le terrible et excluant jargon administratif !) menés depuis les années 1970 pour favoriser l’emploi des jeunes. Dans le même temps s’est accru le désintérêt des dirigeants d’entreprises pour les compétences acquises par les experts seniors, et les politiques d’évolution de carrière ont freine les plus de 45 ans.

le comble du paradoxe, c’est que ces plans n’ont même pas favorisé l’emploi des jeunes ! Pourquoi ? entre autres parce que les jeunes ont besoin de recevoir des seniors toutes sortes de savoirs, et que les employeurs leur demandent une expérience et des qualités qu’ils n’ont pas. Moralité : On ne peut pas avoir d’action politique réellement efficace sur une seule partie de la population, il faudrait traiter tous les aspects à la fois, c’est-à-dire en systémique. Nous y reviendrons.

Concluons que, depuis des décennies, tout a été fait pour décrédibiliser les seniors auprès de tous ,à tel point qu’eux-mêmes ont fini par se persuader qu’ils n’étaient plus bons à grand-chose!

C’est donc à nous seniors d’êtres moteurs de ce nécessaire changement de paradigme.
N’hésiter pas a faire votre devis mutuelle senior chez www.assurance-sante-senior.net,nous vous proposons la formule adaptée à vos besoins et la possibilité de souscrire directement sur notre site.

Lire la suite