0

Jadis il y avait l’adage « once cesarian section, always a cesarian section » qui condamnait celles ayant bénéficié (ou subi) cette intervention. Alors que cette notion reste encore un peu grave chez certains médecins actuels, a cause de la structure réelle de leur lieu de pratique, le contexte moderne a modifié cette approche, La rendant beaucoup plus dynamique et adaptée ; on parle alors de VBAC (vaginal birth after C/section), mais certains critères doivent être respectés. Certains chercheurs plaident en faveur de la section césarienne d’emblée (sans travail) car ayant moins de risque de rupture : la fréquence des ruptures utérines est de 1,6 pour 1.000 en cas de C/S mais de 5,2 pour 1.000 si le travail est spontané, de 7,7 pour 1.000 si le travail est déclenché par un moyen autre que l’administration de prostaglandines et de 24,5 pour 1.000 s’il est déclenché par prostaglandines selon une étude rétrospective faite par l’équipe de Lydon-Rochelle de 1987 à 1996 (Washington).


Dans la logique du VBAC, l’épreuve de travail est faite sous control strict et la salle d’opération devrait être fonctionnelle et attenante à la salle de travail. Cependant les notions de base pour l’indication d’une épreuve de travail sont toujours à considérer dans certains cas ; parmi les considérations d’évaluation avant l’épreuve du travail, une technologie abordable peut donner son appui : la sonographie.
En effet, une étude récente par l’equipe du Dr Bujold (présentée a la rencontre annuelle de la Society for Maternal-Fetal Medicine’s (SMFM) / www.smfm.org) a montré qu’en utilisant la sonographie pour mesurer l’épaisseur du segment inferieur de l’uterus cicatriciel (proche du terme) peut entrainer une réduction significative des cas de rupture ou de déhiscence. Si l’épaisseur de segment inferieur est en dessous de 2.3 mm (entre 35 & 38 S.A.), il y a une forte probabilité de rupture et encore plus si l’hysteroraphie antérieure fut faite sur un seul plan.
Cette approche sonographique pour essayer de prévoir les risque de rupture utérine en cas de VBAC n’est pas nouvelle en soi puisque depuis 1996 une étude pareille fut publiée dans le Lancet par l’équipe de Rozenberg. Les études récentes de l’équipe du Dr. Emmanuel Bujold (Department of Obstetrics & Gynecology, Faculty of Medicine, Universite Laval, Quebec) viennent appuyer ces trouvailles; l’hysteroraphie monoplan fut un facteur de risque évalué aussi au cours de l’étude de cette équipe. Chez 236 femmes avec utérus cicatriciel, 3 ont eu une rupture utérine complète et 6 une déhiscence.
Les analyses ont montre qu’avec une épaisseur de moins de 2.3 mm du segment inferieur, il y a une sensitivité de 100% pour les ruptures utérines. La combinaison donc d’une telle faible épaisseur du segment inferieure de l’uterus et d’une hysteroraphie monoplan est significativement associée avec la rupture utérine pendant le travail (relative risk: 21.8, 95% CI: 2.1-222, p

Rulx Narcisse MD, OBGYN, SAC dip.,Sonographe

Lire la suite

0

Ce que vous mangez et buvez pendant votre grossesse est extrêmement important pour un certain nombre de raisons. Tout d’abord, par rapport au fœtus qui se développe à l’intérieur de votre corps et qui dépend entièrement de votre alimentation. Deuxièmement, vous devez vous assurer de rester en parfaite santé pour porter ce bébé parfaitement jusqu’à terme de grossesse. Et enfin, vous voulez vous assurer de ne pas trop prendre du surpoids pendant votre grossesse, ce qui rend la perte de poids après l’accouchement plus difficile qu’elle ne devrait l’être.
Pour atteindre ces trois objectifs, assurez-vous de suivre les conseils de base pour assurer que vous et votre bébé passez une grossesse optimale!


1. Mangez des aliments variés appartenant à chacun des cinq groupes alimentaires (fruits, légumes, grains entiers/ glucides, protéines et matières grasses). Ce n’est pas le moment d’aller sur un régime Atkin ou de baisser l’apport journalier de calories. Manger des portions mesurées et essayez de rajouter environ 300 calories supplémentaires par jour, pas plus.
2. Cessez de fumer et boire de l’alcool de suite! Ces choses sont extrêmement nuisibles à votre santé, mais plus important encore, à la santé de votre bébé. Soyez responsable et penser à votre bébé!
3. Buvez beaucoup d’eau. Avec la surcharge croissante de poids supplémentaire, votre corps devra utiliser plus d’énergie que d’habitude, surtout s’il fait chaud, car plus de risques de vous déshydrater. Buvez environ 2 litres d’eau par jour même si cela signifie de se lever une fois de plus dans la nuit pour aller aux toilettes!
4. Essayez de ne pas vous laisser tenter par chacune de vos envies… Une grossesse sans une glace au chocolat est quelque peu imaginaire, mais le passage au yaourt congelé fera des merveilles pour votre tour de taille pendant et après l’accouchement. Vous ne voulez pas dépenser les quelques premières semaines de la vie de votre bébé à vous inquiéter quant au bon moment d’acheter Phentemine 37.5 sur votre pharmacie en ligne préférée, n’est-ce pas?

Signature:

Cet article a été écrit par le docteur Karen Benton, Gynécologue obstétricienne et nutritionniste spécialisée en grossesse et la perte de poids.

27-Des plantes pour des seins plus volumineux

Le premier souci de toutes les femmes de tous les temps est d’avoir un corps sexy avec des formes très attirantes, et il arrive que certaines d’eux cherchent la perfection dans leur beauté et n’admettent aucun défaut dans leurs corps, et c’est pour ce qu’elles sont prêtent à corriger leurs défauts de formation quelque soit le danger du moyen utilisé.
La partie du corps de la femme la plus déterminante de sa beauté et certainement la poitrine, car elle est considérée comme la partie la plus attirante pour les hommes. Des seins ronds, fermes et beaux peuvent tout changer dans la vie d’une femme, c’est pourquoi les femmes de tous les âges ne cessent de chercher une solution saine et efficace pour augmenter la taille de leurs seins et avoir une poitrine plus ferme de manière naturelle.
Les techniques d’agrandissement des seins proposées sur le marché sont multiples, on trouve les pompes, les traitements avec les médicaments chimiques et la chirurgie d’implantation de la silicone dans les seins. Ces divers solutions et surtout la chirurgie esthétique qui a été très répandue ces dernières années, ont malheureusement causé des dégâts nuisibles à la santé des femmes et les améliorations de la taille et de la forme apportées aux seins ont rapidement disparues en laissant de très mauvaises traces d’une part sur la beauté du corps, et d’autre part sur le bien être de la personne elle-même.
Face à ces risques inévitables des différentes pratiques optées par les femmes pour améliorer leurs poitrines, et pour répondre à la demande supérieure d’une solution sûre et normale, la majorité des chercheurs et spécialistes de la santé ont fait recours à la médecine à base de plantes en cherchant les substances à forte efficacité dans les plantes utilisées par nos ancêtres pour traiter les déformations et les mauvais développement des organes sexuels secondaires. Par conséquent, ces derniers temps, quelques formules sont apparues avec une composition à base de plantes et de vitamines et certaines d’entre eux (exemple : BreastNat ) ont parvenu à montrer leur efficacité sans pour autant être le sujet des notifications des effets secondaires.
Ce genre de formule (BreastNat : produit testé) Augmente graduellement la taille et la forme des seins en utilisant des substances de plantes cultivées et sauvages, qui favorise une transformation saine pour ajouter de la taille et améliorer la forme de la poitrine et donner par conséquent une alternative moins chère et plus efficace que les autres pratiques et traitements proposés.

Ces solutions naturelles sont généralement sous forme de plantes raffinées et dosées spécifiquement pour développer le tissu du sein. Leur principe et d’utiliser les substances extraites des plantes qui peuvent être considérées par le métabolisme féminin comme œstrogène ( non hormonal et sans effet secondaire ), ce qui stimule le développement des tissus de la poitrine en créant d’une manière naturelle des conditions similaires à celles de la période de la puberté, et ce indépendamment de l’âge.
Les extraits de plantes sont toujours présents dans nos soins quotidiens et ont toujours présenté des bienfaits pour l’humanité et ils n’ont causé aucun malaise ou effet indésirable.
En savoir plus sur le traitement BreastNat :
–  desirfeminin.com

Les solutions à base de plantes sont-elles vraiment efficaces pour augmenter la taille des seins ?

Lire la suite

0

Plus d’une femme sur trois en France se retrouve enceinte en étant fumeuse fume et plus de 15% des femmes continuent à fumer par la suite ! Il est donc indispensable de rappeler les risques encourus et les dangers du tabac avant, pendant et après la grossesse :

Tabac et fécondité :
– Diminution de la fertilité (féminine mais aussi masculine).
– Avancement de l’âge de la ménopause.
– Augmentation des risques de grossesse extra-utérine et des avortements spontanés.
– Risques de certaines malformations.


Déroulement de la grossesse :
– Hématome rétroplacentaire.
– Placenta bas inséré.
– Prématurité.
– Rupture prématurée des membranes.
– Retard de croissance intra-utérin.
– Développement cérébral insuffisant.
– Mort du fœtus.
– Atteinte au bien-être fœtal (hypoxie chronique, atteintes du système cardio-vasculaire et respiratoire, diminution des mouvements du fœtus).

Tabac et accouchement :
– Taux accru d’ hémorragies et délivrances artificielles.

Après accouchement :
– Pollution du lait maternel.
– Effets accrus du tabagisme passif sur un nouveau-né.

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer enceinte car les effets sont immédiatement bénéfiques sur l’enfant à naître. Mais comme l’usage des substituts nicotiniques ou des médicaments anti-tabac n’est évidemment pas neutre sur le fœtus, on privilégiera si possible les méthodes psycho-comportementales.

Mais l’idéal est bien entendu de s’arrêter au plus vite si l’on a commencé à fumer et qu’on est en âge de procréer.

La connaissance précise, objective et raisonnée des risques et dangers encourus par vous-même mais aussi par votre futur bébé font partie de la phase « bilan » que vous devez impérativement mener pour renforcer votre motivation à arrêter le tabac. Arrêter tout de suite de fumer sur le champ n’est pas toujours possible. Mais il est urgent de travailler votre motivation et votre détermination pour assurer un succès rapide et définitif. Pour vous y aider vous pouvez consulter mon blog ci-dessous.

Henri Nidaud Infopreneur Retrouvez-moi sur mon blog: http://vivresanstabac.over-blog.com

Lire la suite

Comment tomber enceinte

Publié le 25 octobre 2011 par dans Grossesse

0

Après plusieurs mois d’essai infructueux, il est tout à fait légitime que certaines femmes se demandent s’il existe un moyen de tomber enceinte rapidement.

Malheureusement, la vérité est que même lorsque toutes les conditions sont réunies, vous n’aurez jamais plus de 25% de chances de tomber enceinte lors d’un cycle menstruel.

Néanmoins, cela ne veut pas dire que vous ne pouvez rien faire pour augmenter vos chances de tomber enceinte. Que du contraire!


Comme vous n’avez déjà qu’une chance sur 4 de tomber enceinte, vous devez vous assurer que toutes les conditions soient réunies!

Le premier conseil, qui paraît plus que logique, est d’avoir des rapports sexuels de manière régulière, pour vous assurer qu’au moment de l’ovulation, il y ait des spermatozoïdes à proximité. Et pour cela, vous ne devez pas attendre votre jour d’ovulation pour avoir des rapports car les spermatozoïdes peuvent tenir jusqu’à 6 jours dans votre corps alors que la durée de vie de l’ovule est limitée à plus ou moins 24 heures.

Deuxièmement, vous devez rester allongée pendant au minimum 5 minutes après avoir eu un rapport et cela pour ne pas obliger les spermatozoïdes à combattre la gravité pour remonter le col de l’utérus.

Troisièmement, veillez à faire du sport de manière régulière, ce qui vous permettra de rester zen et d’avoir un esprit sain dans un corps sain, élément essentiel qui favorisera grandement vos chances de tomber enceinte.

Dernièrement, veillez également à fortement diminuer (voir mieux, arrêter) votre consommation d’alcool et de cigarettes, tous 2 néfastes non seulement à la conception d’un embryon mais aussi au développement du futur enfant.

Quoi qu’il en soit, ne vous inquiétez pas car la moyenne pour tomber enceinte est de 4 mois, ce qui veut dire que vous pouvez très bien tomber enceinte beaucoup plus tard que cela ou encore beaucoup plus tôt. Laissez donc la nature faire les choses!

Corinne a lancé son site Internet

Lire la suite

0

Quel que soit le type de grossesse qu’une femme a, choisir de manger les bons aliments et de faire de l’exercice régulièrement peut être bénéfique pour elle et son bébé. Ce n’est pas seulement important pour une grossesse en bonne santé, c’est aussi important pour être en bonne santé après. Après tout vous continuez à vous maintenir en bonne santé ainsi que celle de votre bébé, bien après la naissance.

L’alimentation et son impact sur la santé du bébé


Jetons un coup d’œil sur l’alimentation et sur son impact sur la santé de votre bébé. En termes d’apport calorique, vous avez besoin de manger environ 300 calories de plus par jour à compter du troisième trimestre de la grossesse. Toutefois, vous mangerez probablement manger plus que cela, que la femme prend en moyenne 30 livres jusqu’à la fin de la grossesse. Vous ne voulez pas consommer n’importe quelles calories. Vous devez manger des aliments hautement nutritifs avec uniquement des glucides complexes, des protéines végétales, et beaucoup de fibres. Les fruits, légumes et céréales à grains entiers sont la meilleure voie à suivre. Vous devrez éviter les sucres condensés et les sucres simples, ainsi que les aliments riches en graisses animales. Manger sainement vous aidera également à éviter ou à atténuer les petits malaises, tels que les nausées matinales, la constipation, les hémorroïdes, les infections, et la fatigue.

Vitamines et de minéraux pendant la grossesse

Quelles sont les vitamines incluses dans une alimentation saine ? Les vitamines B et l’acide folique sont essentiels pour une grossesse en bonne santé. Ces nutriments sont essentiels pour un bon développement des nerfs et du cerveau de votre enfant. En fait, ces évolutions se déroulent principalement dans le premier mois de la grossesse. Comme il faut souvent longtemps pour réaliser que l’on est enceinte, les jeunes femmes sexuellement actives devraient prendre ces nutriments sur une base régulière. Si vous consommez une alimentation équilibrée avec beaucoup de grains entiers ou de céréales enrichies, vous devriez prendre au moins 400 mg d’acide folique recommandé chaque jour. Vous pourrez également obtenir beaucoup d’acide folique en mangeant des légumes, des agrumes, et des légumineuses.

Il est important d’avoir un bon équilibre des minéraux, du calcium et des métaux pour une grossesse en bonne santé. C’est la garantie pour votre enfant d’avoir des os solides et flexibles. Il contribue également une bonne circulation sanguine et à de bons niveaux d’oxygène. Vous devez vous assurer de prendre beaucoup de fer dans votre alimentation quotidienne pendant votre grossesse.

L’importance de la relaxation et l’exercice

Pour une grossesse en bonne santé il ne faut pas que manger des bonnes choses. Vous avez également besoin de prendre du temps pour vous. Prenez le temps du repos et de la relaxation. Cela vous aidera à vous sentir mieux et à ce que votre bébé aussi se sente bien. Rappelez-vous que pendant votre grossesse, votre enfant ressent les mêmes choses que vous du point de vue chimique et hormonal. Votre conjoint et votre famille devront vous soulager un peu pendant votre grossesse.

Dans vos efforts pour obtenir beaucoup de repos et de nutriments, ne négligez pas l’exercice. L’exercice pendant la grossesse est très nécessaire pour un corps sain et un enfant sain. On a constaté que le manque d’exercice pendant la grossesse pouvait conduire à des naissances prématurées. Toutefois, vous devrez consulter un médecin pour qu’il mette au point un programme d’exercice qui vous convient.

Pharmacie en ligne pour votre confort personnel

Lire la suite

0

Vous êtes future maman ou une nouvelle maman, avez-vous déjà joui des profits d’une cure thalasso prénatale ou d’une thalasso postnatale dans un complexe de Thalasso ? Laissez-vous guider !

La cure pré-accouchement.


Parlant d’elle-même, le traitement prénatal est exclusivement proposé à toutes les femmes qui vont bientôt endosser le rôle de jeune maman. De manière générale suggérée entre le 3ème mois et du sixième mois de grossesse, cette thalasso se prédestine surtout à accompagner la mère dans la bonne évolution de la période de grossesse tant du point de vue physique ou psychologique, telle qu’à l’aide des séances d’aquagym légère et de kinésithérapie.

Tout en organisant avec grande attention de la naissance prochaine de l’enfant, les types de soins proposés seront portés sur la détente et la décontraction de la future mère. C’est pour cela qu’existent les sessions de thalassothérapie, de drainages lymphatiques, yoga du souffle et affinement du corps. Sans oublier que chaque curiste jouit d’un suivi médical précis, comme par exemple, en cas de manque.

La convalescence après l’accouchement.

Préconisée en post-accouchement, le traitement avant l’accouchement affiche de plus en plus de succès chez les jeunes mères. Peu de temps après l’heureux événement, il est tout à fait concevable que la maman soit accablée du point de vue physique et psychologiquement. En outre, une grossesse et un enfantement provoquent aussi des perturbations morphologiques et engendrent souvent une petite tristesse, chez la jeune mère.

Pour faire face à un excès pondéral, au baby blues et au stress un traitement postnatal se propose de solutionner à tous vos problèmes de part les nombreuses thérapies de beauté et de commodité à votre disponibilité, pour ne citer que les bains hydromassants, les massages aux huiles essentielles , la kinésithérapie en urogynécologie. Pour vous permettre de récupérer votre ancienne allure, des sessions d’exercices physiques sont également au programme. Futures et jeunes mamans, prenez votre décision, réjouissez-vous et donnez-vous un traitement pré-accouchement ou post-accouchement dans le centre de pressothérapie de votre convenance, vous ne le regretterez pas !

Lire la suite