0

Après des années de recherche et de labeur, la chirurgie esthétique remporte enfin le flambeau de la gloire. Selon les dernières statistiques de l’international Society of anesthésic surgey ISAPS, on compte désormais plus de 23 millions d’opérations esthétiques chirurgicales et non-invasives chaque année dans le monde.

Aujourd’hui, la chirurgie esthétique permet de faire plusieurs améliorations touchant toutes les parties du corps sans exception : il est désormais possible de rétablir la forme du nez, d’affiner la forme de la silhouette, d’augmenter la taille de la poitrine et de redonner un coup de jeune au visage.




Pour les femmes, la chirurgie esthétique représente la solution miraculeuse et la baguette magique capable de réparer toutes leurs imperfections physiques et de leur permettre ainsi, de se sentir bien dans leur peau et d’avoir le plaisir de se distinguer par rapport aux autres.

Les hommes, eux aussi s’intéressent de plus en plus à la chirurgie esthétique. Les statistiques montrent que le nombre d’hommes se présentant pour des interventions esthétiques est en croissance continue ces dernières années. Les motivations de ces hommes dérivent d’une envie de paraitre plus attrayants, plus séduisants et aussi d’une grande envie de s’imposer dans l’environnement professionnel.

Bien incarnée dans les mœurs, la chirurgie esthétique se transforme ainsi, en un produit de surconsommation ce qui favorise l’émergence de nouvelles pratiques non contrôlées et non conformes aux exigences de l’éthique de la chirurgie esthétique.

Ceci impose aux patients d’être très prudents et de savoir repérer la bonne clinique esthétique et le bon chirurgien. Ce chirurgien doit être qualifié et incontestablement capable de réagir efficacement et rapidement face à toute complication potentielle. Le plasticien doit également fournir à son patient toutes les indications sur les risques et sur les bénéfices pour que celui-ci pèse le pour et le contre avant de donner son consentement.

Les commentaires sont fermés.