0

Aline sort de chez elle, elle a peur de tout : les voitures, de marcher dans la rue, de se faire agresser, sans raison objective.
Marc a en permanence peur de la maladie : il sollicite constamment son médecin pour des examens sanguins ou des bilans de santé, convaincu d’avoir contracté une maladie ou d’avoir été contaminé lors de sa précédente visite chez le dentiste.
Dans ces deux exemples, les protagonistes vivent intérieurement le danger comme réel : ils l’imaginent, le pensent, le ressentent et s’en émeuvent.

Pour retrouver leur liberté et leur sérénité, ils doivent apprendre à distinguer la peur psychologique de la peur ressentie devant un danger réel, concret, immédiat.



Chacun d’entre nous est très inégal devant la peur et notre sensibilité au danger varie d’une personne à l’autre. La peur psychologique peut se présenter sous une multitude de formes : un malaise, une inquiétude, de l’anxiété, de la nervosité, une tension, de l’appréhension, une phobie…

Alors, pourquoi, pour beaucoup d’entre nous, pouvons-nous passer une part importante de notre vie à nous inquiéter pour quelque chose qui n’arrivera jamais ?

Le mental détient là un rôle déterminant : à partir de ses projections, de ses postulats, de ses représentations imaginaires, il est dans le futur et non pas dans l’ici et maintenant.

En effet, ce type de peur concerne toujours quelque chose qui pourrait survenir et non pas ce qui est en train d’arriver.
Si parfois, l’appréhension peut être utile pour se protéger ou optimiser nos capacités, comme par exemple, lorsqu’on se prépare à un examen, il faut bien reconnaître que cela peut aussi nous empoisonner la vie.

Et si vous êtes identifié à votre mental, vous avez perdu la connexion avec la puissance et la simplicité de l’instant présent. Le paradoxe est que vous êtes dans l’ici et maintenant alors que votre mental est dans le futur. Or vous ne pouvez agir que dans le présent mais jamais dans le futur (l’action se passe toujours dans le moment présent).

Voici un exercice simple de pleine conscience pour vous reconnecter avec l’instant présent. :
– Lorsque vous êtes exposé à un événement stressant réel ou imaginaire, arrêter vous (vous pouvez vous dire STOP)
– Respirer
– Observer ce qui se passe en vous : là, tout de suite, y va-t-il un danger pour vous ?
– Agissez

Ce qui nous empêche de connaître la réalité telle qu’elle est, c’est l’identification au mental car elle amène la pensée à devenir compulsive générant également des comportements et des actions compulsifs.

Essayez cet exercice, entraînez-vous et progressivement vous pourrez constater les effets prodigieux de cette technique pour vous libérer de cette identification au mental. N’hésitez pas à me faire part de vos questions ou de vos remarques à ce sujet.

A propos: Neuropsychologue de formation, je pratique la méditation depuis une vingtaine d’année. J’exerce actuellement en tant que psychologue et consultante formatrice dans les domaines du bien-être et de l’amélioration de la qualité de vie au travail.

J’anime régulièrement des stages de pleine conscience depuis 4 ans et suis membre active à l’ADM (Association de Développement de Mindfulness).

Les commentaires sont fermés.