0

imagesPARLONS ECONOMIE&GESTION…

1. Est-il possible pour une économie sous-développée d’être émergente lorsque sa monnaie est arrimée à une monnaie forte telle que l’Euro, dont les fluctuations ont parfois des conséquences néfastes pour ses exportations?

2. Est-il possible pour une économie sous développée d’être émergente lorsque sa banque centrale est obligée de déposer 50% de ses réserves de change au trésor français, ce qui constitue un véritable manque à gagner pour le financement de son développement ?

3. Est-il possible pour une économie sous développée d’être émergente lorsque les réserves de change de sa propre banque centrale sont utilisées pour lui faire des prêts et cela est comptabilisé dans l’aide publique au développement ?



4. Est-il possible pour une économie sous développée d’être émergente lorsque dans le conseil d’administration de sa banque centrale figure 2 français ayant droit de veto?

4. Est-il possible pour une économie sous développée d’être émergente lorsque sa banque centrale n’est pas souveraine et ne peut par conséquent orienter sa politique monétaire en fonction de ses réalités parce que tributaire des orientations de la Banque Centrale Européenne ( BCE)?

Il est vrai que l’émergence d’une économie passe d’abord et surtout par une meilleure gestion des finances publiques, la réalisation d’investissements structurants, un investissement résolu dans la santé l’éducation, une lutte acharnée contre la corruption, le respect des principes démocratiques dans le fonctionnement de l’Etat. Cependant la monnaie qui est aujourd’hui un instrument de développement doit jouer un rôle prépondérant dans la marche pour l’émergence tant souhaitée par nos Etats.

Alors un point essentiel qui nous conduira à une émergence vraie et qui n’est pas fondée sur une vue de l’esprit est la révision des accords de coopération monétaires existants entre la France et la Zone franc

A propos:
HOUFFOUET HENRY MICHEL est titulaire d’un DEA en ECONOMIE DE DEVELOPPEMENT et d’un DESS en REGULATION ECONOMIQUE ET GESTION DE PROJET INDUSTRIEL et actuellement suivi-évaluateur de projet de développement à la Plateforme de service COTE D’IVOIRE

N’GUESSAN YANNICK PHILIPPE est titulaire d’un DIPLOME D’INGENIEUR EN FINANCE ET COMPTABILITE ET d’un MASTER EN AUDIT ET CONTROLE DE GESTION et également suivi-évaluateur de projet de developpement à la Plateforme de service COTE D’IVOIRE

Les commentaires sont fermés.